Un général déraisonné, une justice instrumentalisée, des innocents emprisonnés

0
Ilyas lahouazi
Ilyas lahouazi

CONTRIBUTION (TAMURT) – Une vague justicière règne en Algérie dans laquelle la partialité domine. La justice aux mains d’un seul homme et aux ordres s’attache à arrêter un par un, d’une manière forcée, les caciques du régime. La soif de justice des Algériens ne va pas de paire avec une justice bafouée et non indépendante. 

Un homme s’érige en père de la justice, garant de la constitution et patron de l’armée. Il est une trinité singulière qui jusqu’à présent n’a jamais été observée en Algérie. L’obstination d’un cinquième mandat et la mise sous semelle de la constitution sont toujours présents dans l’esprit des Algériens. Evoquer, aujourd’hui, la constitution comme ultime rempart au chaos semé par ses propres mains est l’ultime pièce théâtrale de notre octogénaire proclamé. Certains pensaient que le « héros est arrivé ». Hélas, le héros traîne le lourd fardeau. Il est membre d’un système qui a profité avec abus à ses membres. Il n’échappe à personne que les mises en scènes d’arrestations entrent dans le cadre de règlement de compte et surtout d’autoprotection. Un « héros » qui s’avère être un « zhéros » avisé, occupant illégitimement un poste surpassant ses capacités intellectuelles. La preuve est ses nombreux discours, les rétropédalages et les interventions dépannages tous aussi hasardeux les uns que les autres. Maintenant, fini les discours et les prises de parole, place à la violence Monsieur le « zhéros ».

Pendant que le peuple souhaite le départ du système, notre « zhéros » national considère que le peuple est déraisonnable. Déraisonnable de demander le départ d’un Bensalah , d’un Bedoui champions en titre du trucage d’élection. Effectivement vous regorgez de poulains aux caractéristiques extraordinairement douteuses.

Pendant que les Algériens cherchent à libérer leur patrie de ce système mafieux, vous plaidez la folie du peuple. Voilà que vous vous révélez être un bourreau pour notre cher pays. Vous faites fonctionner une justice à deux vitesses. Les uns se retrouvent en prison dans une totale opacité et d’autres sont couvés par vos soins. Pour quelle raison avoir emprisonné Issad Rebrab alors que les chefs d’inculpation ont été tous démentis par la justice ?

Une situation paradoxale règne en ce moment en Algérie et sème le trouble dans les esprits. Pendant que votre progéniture saccage et s’accapare une ville sans foi ni loi, vous demeurez dans l’obstination de la folie du pouvoir. L’âge avancé n’apporte guère la sagesse, c’est au contraire une évidence de petitesse et d’immoralité qui le caractérise. Les plaies de l’histoire encore douloureuses vont se répéter face à votre obstination. Gare à vous, le peuple s’est réveillé, vous êtes seul et nous des millions ! Si l’exubérance d’un nabab vous gagne, le peuple est lui guidé par la dignité et la soif de justice. Vous défiez le peuple et celui ci se retournera contre vous. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’à votre tour, vous serez saisi par le toupet ! Irraisonnable, voire dangereux de se départir du régime en place dites vous, votre obstination mène à l’impasse. Qu’attendre de vous à votre âge, votre démarche est chancelante et des forces vous manquent. Au nom de l’ambition dévorante d’un homme, vous êtes dans les geôles de l’injustice dont vous ne voulez pas sortir.

L’arbitraire et le règlement de compte ont pour l’instant saisi l’innocent de sa liberté. Nous assistons à l’histoire recommencée d’un épris de pouvoir qui n’a honte de rien. Il s’érige en chef d’armée, ministre, juge et tortionnaire ! Sachez que l’histoire s’est toujours retournée contre les fauteurs de troubles.

Monsieur Rebrab, vous avez insufflé l’exemplarité à travers votre investissement personnel et économique. Vous êtes l’un des seuls acteurs économiques à émettre le souhait de voir notre Algérie être à la place qu’elle mérite. Vous avez été entravé, poursuivi, menacé, saboté et maintenant emprisonné.

Nous souhaitons une justice indépendante et non aux ordres. Certes Monsieur Rebrab est un justiciable comme les autres mais pas dans ce contexte ou règne l’anarchie judiciaire. Il a dénoncé l’acharnement arbitraire sur ses projets, l’empêchement, les lourdeurs administratives qui au final pénalisent les Algériens. Des dizaines de milliers d’emplois empêchés par ce système de mafieux au nom de leurs caprices honteux.

De même que Madame Louisa Hanoune et tous les détenus d’opinion, l’emprisonnement soudain sans qu’il soit connu de raison valable suivant un circuit judiciaire classique n’est pas acceptable.

Par ailleurs, le souhait des Algériens est que la justice se saisisse sereinement et indépendamment des dossiers visant les personnes emprisonnées. Tout Algérien a droit à un procès équitable sans qu’une personne ou une institution abuse de sa positon pour arriver à ses fins. La demande de justice des Algériens est sur un tout autre registre. Celle d’une indépendance, une justice hors de système respectant les circuits fondamentaux du droit. Il est temps d’entendre les Algériens, il est temps que la raison gagne votre esprit et que la justice prenne la part et la place qu’elle mérite.

L’histoire nous a montré qu’elle sait juger les hommes et les femmes selon leurs actes. Prenez note de cela.

ilyas Lahouazi : Citoyen Algérien, militant des droits de l’homme

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici