Un jeune père de famille s’immole par le feu à Aokas – Après le décès de Layachi, les habitants ferment la RN9 et demandent le départ de la police

1

Pour la deuxième journée consécutive, les habitants de la localité d’Aokas ont procédé ce lundi à la fermeture de la RN 9 qui relie le chef-lieu de Bougie (Béjaia) aux régions de l’Est. C’est sous les cris de « pouvoir assassin » et « pour le départ de la police locale » que les manifestant on bloqué l’axe routier toute la journée au niveau du tunnel d’Aokas.

Pour eux, la police a été la cause principale de l’immolation par le feu du jeune Belharchaoui Layachi devant le commissariat de la localité, le samedi 5 mars 2011, avant qu’il décède 24 heures plus tard à l’hôpital d’Aamriw de Bougie où il a été évacue.

Selon des sources locales, la victime âgée de 33 ans, agent de sécurité de son état, aurait subi des pressions pour témoigner sur une affaire de vol. Après avoir vainement tenté de retirer la plainte suite aux convocations de la police judiciaire, il s’est aspergé d’essence et d’huile le vendredi passé vers 20 heures avant de se mettre le feu et de foncer droit vers le commissariat de police.

Victimes de brûlures de 3e degré au niveau du thorax et de l’abdomen, selon des sources hospitalières, Layachi succomba à ses blessures.

Pour rappel, c’est le deuxième cas d’immolation à Bougie après celui d’Akbou où un employé de la commune a tenté de se donner la mort en s’aspergeant d’essence et en se brûlant devant le bureau du maire pour protester contre un changement de poste.