URK : Recueillement à la mémoire des martyres du Printemps noir 2001 à Aguemoune

0

KABYLIE (Tamurt) – En cette journée du 14 juin, décrétée journée de la nation kabyle, une délégation de l’URK s’est déplacée au village d’un des martyrs du Printemps Noir 2001 pour se recueillir sur la tombe du martyr de la liberté Becha Massinissa. Une prise de parole a eu lieu. Les orateurs ont, chacun à sa manière, affirmé la détermination de la Kabylie à arracher sa liberté, de manière pacifiste.

Les orateurs ont insisté sur le caractère résolument pacifique du combat pour le droit à l’autodétermination de la Kabylie, face à la violence du régime algérien contre les initiatives démocratiques du peuple kabyle. Hocine Azem et Bouaziz Ait Chebib ont dénoncé sans ambages les dérapages suicidaires et les aventurismes téméraires de certaines personnalités politiques du combat indépendantistes kabyles. Les dirigeants de l’URK n’ont pas mâché leurs mots à l’égard des bourreaux du régime colonial algérien qui met au cachot des militants souverainistes kabyles. Les orateurs ont successivement dénoncés les pratiques sournoises et liberticides du régime colonial algérien.

Par ailleurs, la famille souverainiste en appelle au peuple kabyle de faire preuve de retenue, de sagesse et de suivre la voie de la raison face aux voix des chants de sirènes qui retentissent tous azimuts. Il est primordial de préserver le capital pacifique dont le peuple kabyle à travers son histoire à pu sauvegarder sa souveraineté, sa liberté ainsi que son existence.

Les cadres de l’URK interpellent la classe politique à dénoncer toute forme de dérive, à la vigilance et à la lucidité afin de déjouer tout complot  visant à diaboliser le militantisme kabyle. D’autant plus, que ce combat est animé par les idées pacifiques et démocratiques. Le droit à l’autodétermination du peuple est un droit inaliénable et imprescriptible consacré par les textes du droit international dont la valeur juridique prime sur le droit algérien.

La Redaction