Vague de colère et d’indignation contre l’organisateur de Miss Kabylie

8
Ait Ahmed et Miss Kabylie

KABYLIE (Tamurt) – L’affaire d’harcèlements  sexuels dont est victime miss Kabylie 2017, Amira  Mokrani, est loin de connaître son épilogue. Les déclarations et les accusations très graves de la victime sur les ondes de la radio Canut, ont provoqué de nouveau une vague  de colère mais surtout d’indignation en Kabylie.

Sur les réseau sociaux, des milliers d’internautes demandent à toutes les filles kabyles et à leurs parents de boycotter ce concours de la honte. Des milliers de personnes aussi ont apporté leur soutien à la victime, Amira Mokrani, et ont salué son courage. La plupart se demandent pourquoi l’organisateur et sa femme, accusés de proxénétisme par au moins trois anciennes miss, ne sont pas traduits devant la justice. « Au début j’ai cru qu’il s’agit d’amplification médiatique de cette affaire, mais en écoutant sur la radio Canut Amira Mokrani apporter des révélations accablantes, je suis vraiment consterné. L’organisateur veut même pousser la jeune étudiante dans la débauche en la présentant à des hommes d’affaires à Tizi-Ouzou », lit-on sur un commentaire d’un des articles consacrés à cette affaire.

Plusieurs sites d’informations kabyles sont revenus en détails sur cette affaire qui commence à prendre de l’ampleur. Mourad Aït Ahmed et sa femme sont dans de sales draps. En guise de réaction, l’organisateur n’a pas manqué d’insulter sa victime. « Il faut se renseigner sur la réputation de cette fille à Vughni et à l’université de Tizi-Ouzou », ose-t-il réagir par rapport à notre article sur les révélations de la victime à la radio Canut. Une manière pour Mourad Aït Ahmed de mépriser encore sa victime, au lieu de donner des explications.

Ravah Amokrane 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici