Vérité sur l’assassinat de Matoub : un dossier clos

3
Matoub parmi les siens
Matoub parmi les siens

KABYLIE (TAMURT) – Il faut reconnaître que le pouvoir algérien a réussi, cette fois-ci, un véritable exploit en mettant au placard l’une des revendications les plus portées par les Kabyles à savoir : la vérité sur l’assassinat de Matoub Lounès. Désormais, quand on cite le nom de Matoub Lounès, certains ne parlent plus que de musée, de mûrs, de budget, de désherbage, etc. C’est ce à quoi est réduit le combat du Rebelle.

Comme nous l’avons souligné au lendemain du 25 janvier 2018, les premiers concernés ne parlent plus de la vérité sur l’assassinat de Matoub Lounès qui était pourtant le Cheval de bataille notamment de sa sœur et président de la Fondation qu’elle préside d’une main de fer. Le ton a sensiblement baissé concernant surtout l’aspect inhérent à l’enquête et à la vérité sur l’assassinat du Rebelle. Le pouvoir a bien réussi à faire taire la majorité de ceux qui sont censés faire de cette vérité une priorité comme c’était le cas depuis 1998. Mais depuis que le pouvoir algérien a compris que l’argent fait le « bonheur » de pas mal de kabyles enclins au reniement, il n’a pas hésité à mettre la main aux caisses du Trésor public et c’est le silence radio. Certes, il faut encore s’attendre à des déclarations laconiques et conjoncturelles aux alentours des deux dates symboliques du 24 janvier et 25 juin, sans plus.

Puis, les concernés retourneront vite aux choses sérieuses et aux affaires rentables financièrement. A savoir : le Musée qui cache beaucoup de choses bien sûr ainsi que tout ce qui ressemble à cette arnaque du siècle à l’égard d’un grand homme qui a sacrifié sa vie pour les siens et pour ses idées. La Kabylie et tous les Amazighs peuvent attendre cette vérité sur l’assassinat du Rebelle qui ne jaillira sans doute jamais. N’est-ce pas Matoub Lounès qui a beaucoup chanté sur la trahison des frères quand il s’agit des assassinats de Kabyles !

Tarik Haddouche