Bougie: Campagne électorale – Boudée par la population pour non représentativité

2

Une poignée de postulants a osé placarder les affiches dévoilant leurs noms et photos et seuls quelques partis politiques ont tenté le contact avec la population. Ce dernier s’est résumé, en dehors du FFS dont le premier responsable, Ali Laskri, a animé un meeting à la maison de la culture Taos Amrouche de Bougie, à des virées à travers les quartiers des différentes communes pour faire ce qui est communément appelé une campagne de proximité.

Non seulement la population n’a plus confiance en ses élus ce qui fait qu’elle ne s’intéresse pas à cette mascarade mais aussi pratiquement dans toutes les listes, on peut retrouver des illettrés et des opportunistes de tout bord en place et lieu des grosses pointures auxquelles nous avaient habitués dans un passé lointain les partis politiques à fort ancrage dans la région.
Dans tous les pays du monde, la collectivité reste la seule à ne pas dépendre du pouvoir central. Des députés, sénateurs et mêmes ministres se bousculent pour tenter de se faire élire à cette noble fonction de maire afin de contribuer à améliorer les conditions socio-économiques de ses concitoyens. En Algérie, avec la restriction des prérogatives de ces représentants du peuple, ce sont plutôt les opportunistes et les gens en quête d’avantages que peuvent leur procurer les postes de maire et d’adjoint qui s’y sont engagés dans leurs propres intérêts, occultant les intérêts de leurs concitoyens auxquels ils n’omettront pas de promettre monts et merveilles durant la campagne électorale dans le seul et unique but de se faire élire. Relativement à cette campagne électorale, le taux de participation aux prochaines joutes du 29 novembre ne dépassera pas les 30 % au niveau de la wilaya de Bougie.

Amaynut.info