Violentes émeutes à Ouaguenoun (Tizi Ouzou)

18

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Les violences ont gagné en intensité durant la nuit et les jeunes qui arrosaient copieusement le siège de la sûreté avec des jets de pierres ont été repoussés à l’aide de bombes à gaz lacrymogène. Les affrontements qui atteignaient un certain pic de la violence par moments, se sont poursuivis jusqu’au petit matin. Au niveau du chef-lieu communal, lieudit Tabourt Netkobain, c’est tout le décor des émeutes qui été planté. Route barricadée, principalement celle qui mène vers Djebla, et qui longe le siège de la sûreté, etc.

Contacté à ce propos, Mohand Akli, dira que les jeunes ont affronté les policiers toute la nuit et qu’ils veulent toujours en découdre. Ce matin, ajoute-t-il, trois autres jeunes ont été interpellés, ce qui fait monter la tension de plusieurs crans. Ce n’est qu’après voir été relâchés, que la tension a baissé quelque peu. Le siège de la mairie est reste fermé durant toute la journée de ce jeudi et la route qui mène vers Djebla toujours bloquée, les commerces du chef-lieu fermés.

Rien n’indique un quelconque retour au calme dans l’immédiat. En milieu d’après-midi, les émeutes avaient cessé mais la tension était papable. Nombreux sont les jeunes des communes de Ouaguenoun, Ait Aissa Mimoun et Boudjima qui vivent et font vivre leurs familles de la vente du sable de construction qu’ils ramènent de l’oued Sébaou. L’extraction étant interdite, ils jouent tout le temps au chat et à la souris avec la police qui dresse en permanence un barrage de contrôle au niveau du chef-lieu de la commune de Ouaguenoun qui, à l’instar des localités avoisinantes n’a pas de ressources. Le chômage y fait rage. Cette commune compte même parmi celles où subsistent des poches de pauvreté.

Lounès O