Sa visite annulée pour la 3 ème fois : El Hadi Ould Ali indésirable à Tizi Ouzou

2

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Jeudi dernier, Ould Ali El Hadi, ministre de la Jeunesse et des Sports et ancien directeur de campagne de Bouteflika à Tizi-Ouzou, était annoncé en visite par la cellule de communication du wali pour présider la cérémonie officielle de la célébration de la journée de Yennayer.

Ould Ali devait arriver à 15 heures au siège de la wilaya et puis après prendre part en compagnie de la délégation officielle à l’ensemble des haltes de cet événement avant atterrir, à 21 h, au théâtre régional Kateb-Yacine, où sa clientèle devait l’attendre pour la soirée en hommage à Djamel Allam. A peine quelques heures après l’envoi du premier communiqué annonçant la visite de Ould Ali, un autre est tombé annonçant l’annulation de ladite visite.

Le communiqué a été également envoyé par la cellule de communication du cabinet du wali. Le communiqué annonçant l’annulation de la visite a été laconique et ne comprenait aucune précision ni explication concernant les raisons de ce revirement démontrant à quel point les affaires de certains ministres algériens sont gérées à la légère. C’est au moins la troisième fois qu’une visite de Ould Ali El Hadi dans la wilaya de Tizi-Ouzou est annoncée officiellement et « sérieusement » et annulée juste après aussi sérieusement et officiellement. Au-delà du fait que cette façon de fonctionner, aléatoire et loin de toute rigueur à un niveau de l’Etat aussi élevé qu’un ministère, on se pose la question sur ce que cache les annulations répétitives des visistes de Ould Ali El Hadi à Tizi-Ouzou. Au niveau local, on sait que Ould Ali El Hadi est très impopulaire pour une multitude de raisons. L’une d’elles est le très mauvais souvenir qu’il a laissé du temps de son passage à la  direction de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou. Durant toute cette période, Ould Ali El Hadi avait fait de la chasse aux compétences sa priorité absolue au point qu’aujourd’hui, les hommes de cultures sérieux, compétents et intègres, ne fréquentent plus les établissements culturels de la wilaya de Tizi-Ouzou.

Lors d’un anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès, il y a quelques années au village Taourirt Moussa, le même Ould Ali avait failli être lynché par des centaines de fans du Rebelle. Oul Ali n’a du son salut qu’à Malika Matoub  qui lui avait ouvert précipitamment les portes de la maison pour le protéger.

Tarik Haddouche