Voyage de Ferhat Mehenni au Québec

12

QUEBEC (Tamurt) – La dernière visite du Président du MAK s’inscrit ainsi dans l’optique d’un plus large déploiement du mouvement dans cette partie névralgique du monde où la proximité des institutions internationales les plus influentes offre de réelles perspectives de promotion de la question kabyle. Présent durant quatre jours à Montréal et Trois-Rivières, Ferhat Mehenni a pris plusieurs fois un bain de foule avec la communauté kabyle venue à plusieurs reprises l’écouter.

La première fois, le 14 janvier au siège de la Société Saint-Jean Baptiste (SSJB), dans le cadre des traditionnels « jeudis de la langue » où il a donné une communication sur : « La spécificité de la langue kabyle » qui a drainé un public très attentif et la seconde fois, le 16 janvier à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) lors d’une communication sur le thème de : « La construction d’un État kabyle : les étapes indispensables » qui a suscité un débat fructueux, entre autres, sur la faisabilité de l’autonomie sous le joug de la dictature algérienne actuelle.

Un jour avant, la soirée du 15 janvier, Ferhat Mehenni était à Trois-Rivières à l’invitation de Gaston Bellemare, fondateur du Festival international de poésie. Ferhat y a pris des photos près de la plaque apposée sur un mur de la ville et portant quatre vers de son poème « Cnu yi-d tayri » (« Chante-moi l’amour/ pour défier la guerre/ et ses horreurs/ on ne meurt qu’une fois »). Ensuite, il a donné un petit récital au Zénob pour un public attentif et acquis à la cause légitime du peuple kabyle.

Le 16 janvier Ferhat Mehenni a vécu une fête de Yennayer mémorable avec les Kabyles de Montréal venus nombreux à la soirée familiale traditionnellement organisée par l’association « Tafsut » au cours de laquelle le chanteur a donné un court récital et lu un message de soutien au peuple haïtien affligé par le terrible tremblement de terre du 12 janvier.

La journée du 17 et la dernière du périple du leader autonomiste kabyle au Québec, Ferhat Mehenni a renouvelé le bureau du MAK à Montréal et ainsi lancé l’année 2010 sous le signe du rapprochement de la diplomatie kabyle avec les autorités et l’opposition canadienne en vue d’une compréhension plus juste du projet d’autonomie de la Kabylie.

Le 20 avril 2010 perçu, d’ores et déjà, différent, en termes d’organisation et d’objectifs, figure naturellement en très bonne place dans la mission du nouveau bureau du MAK-Montréal.

Muhend Aksil