Le wali de Tizi Ouzou menace les 7 000  les enseignants grévistes

2

TIZI OUZOU (Tamurt) – Mohamed Bouderbali, wali de Tizi-Ouzou, a réagi ce dimanche à la grève observée depuis plus d’un mois par environ 7000 professeurs de lycée exerçant dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Le wali de Tizi-Ouzou ne s’est pas du tout montré tendre envers les enseignants grévistes ainsi qu’envers le syndicat Cnapeste, initiateur de l’action de protestation.

Le premier responsable de la wilaya a même brandi indirectement le spectre de la menace envers les enseignants en question. Il a en effet affirmé que toutes les voix du dialogue avec les responsables du syndicat Cnapeste ont été épuisées sans qu’aucun résultat n’ait pu être obtenu pour mettre un terme à la grève. Le wali  a ainsi laissé entendre qu’il ne reste plus d’autres démarches passant par le dialogue à entreprendre. Mais, a-t-il souligné, l’administration compte réagir dans les tout prochains jours pour mettre fin à ce qu’il qualifie de « prise d’otage des élèves des lycées ». Pour rappel, depuis le 20 novembre dernier,  90 % des lycées de la wilaya de Tizi-Ouzou sont paralysés par une grève illimitée suite à un appel lancé par le conseil de wilaya du syndicat de l’éducation, le Cnapeste. Un appel qui a été massivement suivi par les membres de la corporation pour se solidariser avec une enseignante ayant été giflée à l’intérieur du bureau d’un chef de service dans l’enceinte même de la direction de wilaya de l’éducation. L’agression a eu lieu le 18 octobre 2017.

En outre, le wali de Tizi-Ouzou a déclaré sur la même question, ce dimanche, que l’argument mis en avant par le syndicat Cnapeste, pour justifier cette grève « est totalement fallacieux ». Le wali ne reconnait donc pas la légitimité de la grève et de la revendication exprimée par le Cnapeste. Ce qui va encore pousser ce dernier à plus de radicalisation.

Tahar Khellaf pour Tamurt