Yacine Zaid est passible de 5 ans de prison : Cette incarcération qui passe très mal

0

La mise sous mandat de dépôt et l’inculpation du militant Yacine Zaid commence à susciter un tollé tant en Algérie qu’à l’étranger.

Deux partis politiques, le FFS (Front des forces socialistes), présent à l’Assemblée nationale, ainsi que le RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie) dénoncent une arrestation arbitraire et exigent la libération immédiate du syndicaliste.

• [Lire Le syndicaliste Yacine Zaïd subit un contrôle particulier à l’aéroport international d’Alger->http://www.dna-algerie.com/interieure/le-syndicaliste-yacine-zaid-subit-un-controle-particulier-a-l-aeroport-international-d-alger-2]

Alors qu’une pétition est lancée par un groupe de citoyens pour réclamer la libération de Yacine Zaid, des ONG et des associations pour la défense des droits de l’homme pressent les autorités algériennes de mettre un terme aux poursuites judiciaires engagées contre lui.
La mobilisation autour du cas de ce militant et syndicaliste n’est pas en reste sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook.
Des milliers d’utilisateurs algériens de ce réseau répercutent la moindre information autour de cette affaire et utilisent diverses photographies de Yacine Zaid comme « photo de profil » en guise de soutien et de solidarité.

•[ Lire Yacine Zaid sous mandat de dépôt et inculpé d’«outrage et voie de faits» contre des policiers->http://www.dna-algerie.com/interieure/yacine-zaid-place-sous-mandat-de-depot-et-poursuivi-pour-outrage-et-voies-de-faits]

Deux rassemblements sont prévus jeudi 4 octobre par des sympathisants et des militants devant le ministère de la Justice à Alger et ainsi que devant le siège de l’ONU pour réclamer là encore la remise en liberté de Yacine Zaid.
Mais l’affaire fait également bruit en Europe où des parlementaires européens « demandent instamment et solennellement au gouvernement de la République Algérienne démocratique et populaire de tout mettre en œuvre pour permettre la libération immédiate de Monsieur Yacine Zaïd ».

Interpellé par des policiers lundi 1 octobre, Yacine Zaid, 41 ans, a été placé en garde-à-vue dans un commissariat de Ouargla, 800 km au sud d’Alger, avant d’être déféré le lendemain devant le procureur qui lui a signifié sa mise en inculpation pour « outrage et voie de faits » contre des agents de la police.
Placé sous mandat de dépôt, il devra comparaitre lundi 8 octobre.
Yacine Zaid est poursuivi sur la base de l’article 148 du code pénal qui stipule qu’ « est puni de l’emprisonnement de deux (2) ans à cinq (5) ans, quiconque commet des violences ou voies de fait envers un magistrat, un fonctionnaire, un officier public, un commandant ou un agent de la force publique dans l’exercice de ses fonctions ou à l’occasion de cet exercice. »

• [Lire Yacine Zaïd : «J’ai jamais mis les pieds dans les Aurès, la police m’accuse d’appartenir à un mouvement chaoui»->http://www.dna-algerie.com/interieure/yacine-zaid-j-ai-jamais-mis-les-pieds-dans-les-aures-la-police-m-accuse-d-appartenir-a-un-mouvement-chaoui-2]

Selon des témoignages rapportés par son ami présent au moment de son interpellation, Yacine Zaid a été menotté et passé à tabac par les policiers chargés de son arrestation.
Deux jours après les faits, ni la chancellerie ni la police nationale n’ont communiqué sur cette affaire et on ignore si le parquet s’est autosaisi pour engager des poursuites contre le prévenu ou si celles-ci faisaient suite à un dépôt de plainte de la part des agents présumés agressés par Yacine Zaid.