Armes chimiques: Ban Ki-moon demande à Damas d’accéder aux sites

0

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a de nouveau demandé lundi un accès sans conditions aux sites où des attaques à l’arme chimique auraient été menées en Syrie, ce que refuse jusqu’ici le régime de Bachar al-Assad.

Une mission d’enquête dirigée par le scientifique suédois Ake Sellström a été créée à la mi-mars sur le recours éventuel à des armes chimiques dans le conflit syrien, qui a fait plus de 70.000 morts depuis mars 2011. Mais Damas refuse d’accorder aux inspecteurs, qui sont basés à Chypre et prêts à partir en Syrie dans un délai de 24 à 48 heures, un accès sans entraves aux sites suspects.

Franchissement d’une «ligne rouge»

«J’exhorte de nouveau les autorités syriennes à permettre à l’enquête d’avancer sans délai et sans conditions», a déclaré le secrétaire général de l’ONU lors d’une conférence de presse avec Ake Sellström. Le gouvernement et les rebelles se sont mutuellement accusés d’avoir mené des attaques à l’arme chimiques ces dernières semaines. Washington a prévenu que le recours à une arme chimique équivaudrait au franchissement d’une «ligne rouge».

«S’il était avéré qu’il y a utilisation des armes chimiques en Syrie, ça change pas mal de choses», a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius lundi matin sur l’antenne d’Europe 1. Mais, a-t-il ajouté, «nous n’avons pas de certitude, il y a des indices qui ont été donnés par les Anglais, par les Américains, nous sommes en train d’essayer de vérifier cela».

A la question de savoir si une opération militaire pourrait être en préparation pour cette raison, le chef de la diplomatie française a répondu: «L’ensemble des pays que je viens de citer réfléchissent activement à cela et précisement.»

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here