Bouira: Le Cnapest-élargi exige le départ du directeur de l’éducation

3

Le CNAPEST, devenu CNAPEST-élargi (aux deux autres cycles de l’enseignement fondamentale), a mobilisé près de 400 enseignants pour battre le pavé de la protestation, hier à Bouira. La marche s’ébranlera vers 10 heures depuis le siège de la direction de l‘éducation pour prendre fin au niveau du siège de la wilaya. Au cœur de la revendication : le départ du premier responsable de l’éducation à Bouira. Ce même directeur a été, pour rappel, accusé par un élu, lors de la dernière session de l’assemblée de wilaya, d’ «incompétent à l’origine de tous les malaises ».
Accusation que réitèrent les enseignants dans un document remis au premier magistrat de a wilaya.
Le CNAPEST-élargi ne compte pas en reste à cette seule journée de protestation si le Directeur de l’éducation est maintenu dans son poste. A défaut, le syndicat promet de revenir sur le terrain de la protestation.

A. Kerbouzi

3 COMMENTS

  1. Je tiens à vous signaler que ce directeur de l’éducation de BOUIRA mérite bien le départ .

    Sachez qu’avec la complicité du directeur du lycée EL-MOKRANI, il a envoyer une dizaine d’élève scolarisés du lycée EL-MOKRANI de la ville de AIN-BESSEM ou ils habitent vers le nouveau lycée RAOURAOUA à une vingtaine de kilomètre de leur lieu de résidence sans qu’il l’ai ni transport scolaire ni restauration. De quel droit peuvent-ils faire une chose pareille ces deux responsables avec ce rude hivers à nos enfants.
    nous vous prions de faire le nécessaire reviennent à leur lycée. MERCI.

    • Sachez que directeur de l’éducation de BOUIRA est entouré d’une bande de mafiosi tel MEDDAHI ABDELLAH et compagnie que dieu les punisse.

      • ce n’est pas le départ qu’il faut exiger de cet énergumène qui ne mérite ni circonstance attenante ;ni pardon pour tout le mal qu’il a fait au secteur de l’éducation dans la wilaya de bouira mais exiger qu’il soit traduit en justice et jugé pour dilapidation de deniers publiques pour preuve voici toutes les charges retenues contre cet énergumène :
        1- tous les services de la direction de l’éducation sont gérés par de faisant fonction qui n’ont même pas de délégation de signature ( sorte d’esclaves à sa solde )
        2- centralisation de toutes les décisions à son niveau ( le nabab des temps modernes )
        3- il n’habite même pas bouira alors qu’il est astreint à rester sur place puisqu’il a un logement de fonction il rentre chaque soir à médea avec un véhicule de service ,; avec la benediction des autorités locales . alors que c’est contraire à la loi et l’éthique.
        4- le fiasco de l’année scolaire 2012-2013 et l’ouverture d’un lycée fictif(djebssa sour el ghozlane ) dénommé aboubakr belkaid et l’affectation du personnel enseignants et administratif et leur rémunération pour toute l »année scolaire citée alors qu’il n’a ouvert ses portes qu’à la faveur de la visite du ministre de l’éducation qui n’a vu que du feu .
        4- 80% des e. fondamentales ne sont pas dotées de cantines scolaires alors que le budget est alloué depuis 2008.
        5- suppression des postes budgétaires et leur réouverture après les résultats des examens professionnels pour les attribuer à ses connaissance.
        6- 65 % des établissements secondaires ont connu et connaissent des perturbations depuis la rentrée scolaire 2013-2014 faute d’encadrement ( pas de proviseurs;pas de directeurs des études ; pas de conseillers pédagogiques ) l »exemple du lycée el ghazali ( deux semaines de greve pour une dispute d’adjointes d’éducation sans que sa majesté ne bouge le petit doigt .le lycée M’hamed Yazid n’est pas non plus épargné (insécurité ;insalubrité; laisser pour compte ; trafic d(influence et j’en passe
        il a fait tellement de tord qu’un livre ne suffirait pas à énumerer ses bavures et ses lacunes
        à bon entendeur ; salut.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here