Tribunal criminel de Dar El Beida : Encore un verdict honteux et inique prononcé à l’encontre d’innocents militants kabyles

0
980
Militants kabyles
Militants kabyles

ALGER (TAMURT) – Le tribunal criminel de première instance de Dar El Beida (Alger) a condamné, dans la nuit du 28 au 29 novembre 2022, cinq militants kabyles à diverses peines allant de 03 à 20 ans de réclusion criminelle, a indiqué Me Sofiane Ouali. Ils ont été poursuivis et condamnés sur la base de l’article 87 bis du code pénal algérien, dont des pays membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ont récemment exigé l’amendement ou, tout simplement, l’abrogation.

« Pour la première fois, le tribunal criminel de Dar El Beida condamne les détenus d’opinion avec l’article 87 bis concernant l’adhésion à un mouvement terroriste », a déploré l’avocat de la défense, Me Sofiane Ouali. En effet, le verdict prononcé, tard dans la nuit d’hier, par le juge contre les détenus Madjid Bentaleb, qui écope de 05 ans de prison ferme, Mourad Chabane et Mohamed Khedim (03 ans de prison), ainsi que les militants Arab Noureddine et Boutekrabt Mounir, condamnés par contumace à 20 ans de réclusion criminelle, mentionne l’article 87 bis du code pénal algérien. Ce dispositif juridique est spécialement promulgué par le régime algérien pour incriminer l’acte politique et le militantisme pacifique en Kabylie. Cette loi scélérate, vivement décriée au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, lors de l’examen périodique universel (EPU), le 11 novembre dernier, est comme une épée de Damoclès suspendue sur toute voix discordante et en déphasage avec celle de la junte militaire.

Ainsi, la revendication pacifique du droit à l’autodétermination, pourtant dûment consacré par la charte des Nations Unies, et par la Constitution algérienne, est considéré comme un crime. L’Algérie, qui réclame ce droit en faveur du Polisario, qu’elle finance et arme, le refuse au « brave peuple kabyle », militant pacifiquement pour recouvrer son indépendance. Cette contradiction et hypocrisie du régime algérien a été à maintes fois soulevée et dénoncée par le diplomate marocain Omar Hilale, ambassadeur permanent du Maroc à l’ONU.

Lyes B.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here