vendredi, mai 20, 2022

Daily Archives: Juin 13, 2019

Arrestation puis libération du général Ali Ghediri

ALGERIE (TAMURT) - Le général à la retraite , Ali Ghederi, qui était candidat à la présidentielle du 18 avril avortée, enlevé par des services de sécurité hier, le 12 juin 2019. L'information a été donnée par des membres de sa famille. On ne sait pas pour le moment pourquoi ce général a été arrêté, inconnu jusqu'au début de cette année ou il s'est porté candidat. Sa famille ne sait même pas ou il se trouvait, ce qui a suscité des inquiétude, mais il a été libéré.Il va certainement révéler dans les heures à venir la raison de son interpellation. Une source parle de la constitution d'un dossier juridique contre lui.

Le 14 juin est une journée kabyle pas algérienne

KABYLIE (TAMURT) - Le 14 juin 2001, après que le régime algérien ait ordonné à ses gendarmes de tirer à balles réelles sur des jeunes manifestants civils, plus d'une centaine de jeunes ont été tués. Une marche sur Alger a été décidée par tous les Kabyles afin de sensibiliser tous les Algériens.

Algérie : tout le clan de Bouteflika en prison !

ALGERIE (TAMURT) - Après Ali Haddad, les frères Kouninef, Mahieddine Tahkout, Said Bouteflika et Athmane Tartag, Ahmed Ouyahia qui était l’un des hommes les plus forts du clan de Abdelaziz Bouteflika pendant ses vingt ans de règne, a été incarcéré hier en fin de journée juste après son audition au tribunal de Sidi Mhamed à Alger.

Ahmed Ouyahia jeté au cachot

ALGERIE (TAMURT) - Ahmed Ouyahia passera sa première nuit à la prison d'El Harrache, ce soir. Il a été placé sous mandat de dépôt par un tribunal d'Alger. Le plus grand Kabyle de service de l’histoire est poursuivi « pour des faits punis par la loi algérienne relative à la conclusion de marchés publics et de contrats contraires à la réglementation et aux lois en vigueur ».

Un général déraisonné, une justice instrumentalisée, des innocents emprisonnés

CONTRIBUTION (TAMURT) - Une vague justicière règne en Algérie dans laquelle la partialité domine. La justice aux mains d’un seul homme et aux ordres s’attache à arrêter un par un, d’une manière forcée, les caciques du régime. La soif de justice des Algériens ne va pas de paire avec une justice bafouée et non indépendante. 
- Advertisment -

Most Read