La transcription de tamazight en latin est irréversible en Kabylie

0
tamazight
tamazight

KABYLIE (Tamurt) – L’utilisation des caractères latins pour la transcription de la langue amazighe est irréversible dans toute la Kabylie. Ce choix ne pourrait aucunement être remis en cause. C’est la conclusion qui a été tirée à l’unanimité par l’ensemble des chercheurs et des spécialistes ayant pris part à un colloque à Tizi Ouzou.

Il s’agit du colloque scientifique sur l’enseignement des langues maternelles et plus particulièrement la langue amazighe qui a eu lieu mercredi et jeudi à l’université Mouloud-Mammeri. Les dizaines de participants ont en effet convergé sur cette certitude et ont recommandé à l’unisson que tamazight, en Kabylie, ne pourrait être transcrite qu’en caractères latins comme c’est le cas depuis des décennies et depuis plus particulièrement les travaux de Boulifa. Que ce soit dans le domaine de l’enseignement ou dans l’usage dans d’autres domaines, les caractères latins resteront ceux qui auront cours en Kabylie.

Les remettre en cause serait faire preuve d’irresponsabilité et une telle décision suicidaire pourraient même provoquer un tsunami dans la région de Kabylie. C’est ce qu’ont précisé les participants. Parmi ces derniers, on pourrait citer, entre autres : Said Chemakh, Mouloud Lounaouci, Abderrezak Dourari, Ahmed Tessa… Les participants ont indiqué que les locuteurs des autres régions d’Algérie sont libres de choisir les caractères qu’ils jugent appropriés. Si par exemple, les mozabites choisissent les caractères arabes, comme ils ont l’air de leur faire actuellement, ils sont libre mais personne n’a le droit de les imposer aux kabyles, a précisé l’un des spécialistes qui ont pris part à ce colloque.

Les participants à cette rencontre scientifique ont également exclu toute possibilité que soit, dans un futur même lointain, qu’il y ait recours à l’unification de toutes les variantes amazighes pour aboutir à une version unifiée. Il s’agit d’une utopie, ont-ils laissé entendre.

Tarik Haddouche