Arezki Ait Larbi : « la Kabylie est soumise à un impitoyable “statut particulier” dans la répression »

0
2509
Arezki Ait Larbi
Arezki Ait Larbi

ALGER (TAMURT) – L’éditeur Arezki Ait Larbi vient de dénoncer dans un communiqué rendu public, ce dimanche 30 juin, « l’arbitraire policier » suite à l’intervention, hier samedi, de la police algérienne pour empêcher la présentation du livre « Kabylie en partage » par son auteure Dominique Martre, à la librairie Gouraya de Vgayet. Le propriétaire de KOUKOU éditions parle d’un « statut particulier dans la répression » auquel la Kabylie est soumise.

« Au-delà des spéculations sur les dessous de cette curieuse opération, ses commanditaires et leur objectif, un constat s’impose. Implacable. Dans la chape de plomb liberticide qui paralyse le pays depuis la mise au pas du Hirak, la Kabylie est soumise à un impitoyable “statut particulier” dans la répression », a écrit le journaliste A. Ait Larbi dans son communiqué. En vérité, ce constat s’applique à la Kabylie depuis l’indépendance de l’Algérie, en 1962, et la prise du pouvoir par l’armée des frontières. L’attitude hostile du régime algérien envers la Kabylie n’est pas nouvelle.
Pour appuyer son propos concernant ce « statut particulier » dans la répression, Areki Ait Larbi explique qu’un même évènement a été pourtant organisé sans problème à Alger, jeudi dernier. « Cette démonstration de force de la police est d’autant plus surprenante et incompréhensible que deux jours auparavant, le même livre a été présenté, sans problème, dans une librairie d’Alger-centre», a-t-il souligné.

Pour rappel, alors que Dominique Martre s’apprêtait à présenter son ouvrage intitulé « Kabylie en partage », une escouade des forces combinées de la BRI et de la BMPJ a pris d’assaut la librairie Gouraya de Vgayet, vers 15h30, pour interrompre cette manifestation culturelle. Toutes les personnes présentes sur les lieux, dont l’écrivaine française, son mari, son éditeur et le libraire ont été arrêtées et placées en garde à vue au commissariat central de Vgayet.

Les pièces d’identité et les téléphones portables des personnes interpellées ont été confisqués. Le droit le plus élémentaire, à savoir le droit de passer un appel téléphonique à la famille ou à un avocat a été refusé aux personnes arrêtées. Celles-ci ont été soumises à un interrogatoire et finalement relâchées vers 20h.

Par ailleurs, Arezki Ait Larbi confirme dans son communiqué ce que les mouvements indépendantistes kabyles, en l’occurrence l’URK et le MAK, dénoncent depuis plusieurs années, à savoir que le régime algérien agit comme une force d’occupation en Kabylie. En effet, le frère de l’éminent avocat Mokrane Ait-Larbi a déclaré que la Kabylie est enfermée « dans un état de siège permanent ».

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici