Le congrès du FFS a été celui de la décantation

0

ALGÉRIE (Tamurt) – À l’issue du scrutin de ce 20 avril, date commémorée par les kabyles alors que le FFS l’a choisie pour organiser son congrès extraordinaire, une nouvelle instance présidentielle a été élue à la tête du plus vieux parti d’opposition algérien.

Avec Ali Laskri, Mohand Amokrane Cherifi et le sénateur Brahim Meziani, en tant que poids lourds du parti, et les deux autres membres, la plus haute instance du parti, censée préparer le prochain congrès ordinaire qui doit se tenir en Mars prochain, commencera probablement par mettre hors circuit certains cadres qui ont tout fait pour prendre les rênes. Le premier à déclarer forfait est Baloul Aziz qui a démissionné lors du congrès alors que ses acolytes seront écartés dans les prochains jours.

Chaffaa Bouaiche, le chef de groupe parlementaire et son conseiller très spécial, le député et fédéral de Vgayet, Rachid Chabati, seront les premiers à faire les frais et ils entraîneront dans leur chute quelques autres cadres, à l’instar de la députée parachutée Mme Tahi, qui était candidate à l’APW, lors des élections de 2007 sous les couleurs du RND. Dès l’installation du secrétariat national qui sera certainement confié à l’actuel titulaire, il sera procédé au changement des fédérations et des comités de section.

Alors que beaucoup de militants pensaient que ce congrès extraordinaire était celui de la réconciliation, il s’est avéré qu’il a été celui de la décantation.  Désormais, les deux clans ont été identifiés et le plus fort a gagné et à l’autre d’admettre sa défaite et de se retirer sur la pointe des pieds avant qu’il ne soit humilié par des traductions en commission de discipline de ses membres ou autre moyen d’éviction.

Amaynut