Aid el Adha le 21 août : La majorité des kabyles n’égorgeront pas de mouton

1

KABYLIE (Tamurt) – Contrairement aux autres régions algériennes, où c’est la ruée sur les marchés à bestiaux depuis des semaines, pour l’achat du mouton de l’aid, dans la région de Kabylie, l’indifférence par rapport à cette fête religieuse est visible et palpable dans pratiquement toutes les communes.

Il y a certes des exceptions mais l’ambiance générale n’est pas du tout la même que celle qui règne dans les régions arabophones où les citoyens sont prêts à tout pour ne pas rater le sacrifice de l’Aid. En Kabylie, il y a, en effet, une prise de conscience importante concernant les aspects négatifs de cette opération aussi bien sur l’hygiène de manière générale mais aussi sur le plan psychologique. Car, il faut rappeler que le jour de l’Aid, des millions d’enfants de très bas âge assiste en direct à l’égorgement des moutons dans un climat de liesse et de joie ! Des images choquantes même pour les adultes sensibles qui marquent à vie l’esprit des enfants.

Ces derniers en sortent bien sûr traumatisés mais dans bien des cas, on finit par banaliser les actes de violence  fussent-ils ceux qui font couler du sang. Pour rappel, la fête de l’aid el adha aura lieu le 21 août prochain. La majorité des parents ne prennent même pas la précaution de mettre à l’abri des regards des enfants l’opération du sacrifice des moutons de l’aid. Bien au contraire, ils font tout pour que les enfants y assistent et s’en réjouissent.

Une attitude des plus absurdes en 2018 alors que l’on parle de plus en plus des droits des Enfants. N’est-ce pas une atteinte aux droits des Enfants que de les mettre chaque année année en face d’images où le sang coulent à flot dans une ambiance de fête. Ceci, sans compter le fait qu’avant le jour de l’aid, les enfants passent généralement de longue semaines à côtoyer, à jouer et à nourrir le même mouton. Quelles sont les messages que peuvent recevoir les enfants après avoir vécu de telles expériences ?

Tarik Haddouche   

 

1 COMMENTAIRE

  1. Merci d’ épargner ces pauvres bêtes qui subissent un calvaire avec ces égorgements festifs.
    Répondre que ce n’ est pas mieux ailleurs, comme on le lit trop souvent en excuse, n’ est pas une bonne idée: le seul COMBAT JUSTE est celui qui consiste à se battre CONTRE TOUTES les CRUAUTES envers les ANIMAUX:
    STOP aux égorgements de masse où le travail est mal fait du fait des cadences ou de la non professionnalisation, que ça se passe dans des lieux cachés ou dans des abattoirs . De plus les animaux doivent être absolument étourdis au préalable.
    Aucun Dieu ne demande qu’ on fasse autant souffrir les animaux par amour pour lui !

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici