Des musulmans kabyles espèrent l’ouverture des restaurants durant le Ramadan

15
Rassemblement-des-non-jeûneurs
Rassemblement-des-non-jeûneurs

KABYLE (Tamurt) – A l’approche de chaque ramadan, le sujet de l’interdiction d’ouverture des bars et restaurants en Kabylie refait surface. Les non-jeûneurs, c’est-à-dire les chrétiens et les athées kabyles, ne savent plus à quel saint se vouer pour se faire entendre. Ils estiment qu’il est de leur droit de manger en public et cela n’est aucunement une atteinte à la religion musulmane. Un avis partagé même par certains musulmans kabyles pratiquants.

« Je suis pratiquant, j’observe le jeûne depuis l’âge de 14 ans, j’ai commencé la prière à l’âge de 20 ans et je suis âgé aujour’dhui de 52 ans, mais je ne suis pas contre l’ouverture des restaurants, cafés ou même les bars pour les non-musulmans. Je pense que c’est à nous, musulmans kabyles, de réagir pour instaurer la tolérance dans les institutions publiques et dans la société », nous déclare Ameziane, un commerçant à la nouvelle-ville de Tizi Wezzu. « Je connais plusieurs fidèles dans la mosquée qui sont de mon avis, mais une partie des musulmans est récalcitrante « , précise notre interlocuteur.

Notons qu’au niveau de certaines localités de kabylie, des restaurateurs défient les autorités et ouvrent leurs commerces aux non-jeûneurs.  C’est le cas, par exemple, dans la région d’At Waguenoun, Iflissen, Makouda, Voughni, Vouzguen, pour ne citer que ces localités.

Ravah Amokrane

15 COMMENTAIRES

  1. Azul,
    Win yettuẓumen, s lehna-ines ; win ur nettuẓum ara, s lehna-ines. Ur yelli win yiffen wayeḍ deg anect-a, d acu, siwa win yettnadin tifrat s talwit, s umeyyez, s wawal ẓiden d usemsawi ara yeṣiwḍen ad yessali timetti ar wayen s wayes ara taff iman-is.

    D tidett, yella wanda tella tlelli n wemdan di temetti-neɣ. Nek leḥqeɣ-d kra iseggasen anda amur amekran n yergazen n tadart-iw ur ttuẓumen ara ɛinani, d acu, timecki d ttilawin, d lɛib… Nek warǧin uẓameɣ (ula d yiwen wass !). Ẓran yak at ttadart, yerna ḥemeln-iyi, ttqadaren-iyi (qqaren-iyi « ur teḍlimeḍ ara ! »). Diɣen, am aka i tenniḍ, zik-nni, yella waya di tesdawit d iɣarvazen. Tura, aqqleɣ di tegnitt yettwaziyren, ladɣa, deg ass mi i-d-ulin at ičumar…

    Ula d keč, awal-ik igerez.
    Tanmirt a Yathechaγannumideone, awer tesɛuḍ aɣilif.

  2. Azul,

    on est fatigué du bla bla à ce sujet,il faut appeler un problème un problème,celui du monde entier ,est en général,l’emprise néfaste des religions monothéistes (judaïsme,christianisme,islam) sur la vie du plus commun des mortels sur terre.
    Celui de la Kabylie,ne nous voilons plus la face ce sont l’islam et la langue arabe hégémonique et ethnocide./
    Le jour où la Kabylie arriverait à mettre à la poubelle de l’histoire ces deux agents nocifs,j’en suis persuadé et même très sur qu’elle ne se porterait que bien./Tanmmirt

  3. Je ne suis pas d’accord avec votre analyse. Les manifestations sont pacifiques et sûrement pas dans le but de la provocation. Elles sont faites car personne ne veut reconnaître la liberté de conscience des individus. Les non-jeûneurs sont systématiquement stigmatisés et considérés comme des mauvaises personnes. Ils ne veulent plus de cela et le disent enfin à voix haute ce qui ne veut pas dire dans le but de provoquer. C’est quand même grave dans ce pays on ne peut rien dire, il y a une position majoritaire à adopter de fait. Je dis non, il faut s’exprimer tranquillement mais sûrement.

  4. Azul . Salam . Bonjour . A Sonia , amedinigh yiwen wa wal ‘ adhirehma rebi thabouet ikmi yesâen  » . un commentaire et une petite analyse tout imprégné de sagesse et d’ esprit authentique du terroir , je veux dire puisant dans notre vision et nos valeurs de l’existence . Pourtant cette tolérance que vous décrivez et qui devait être la norme en matière de partage ou plutôt de coexistence pacifique et sereine entre les différentes parties des citoyens , elle existait déjà aux années 70- 86 et des millions de lycéens , d’ étudiants et de collégiens l’ont bien vécue . donc , ce n’ est pas quelque chose de nouveau à inventer et mettre en pratique , c’ est juste un retour à un exercice de la vie publique récemment évacué de la scène de la vie collective avec le salafisme auquel le pouvoir criminel a donne libre cours , dans un but et unique objectif , celle de disloquer à jamais la notion d’ Unité nationale en dressant les citoyens les uns contre les autres .tout cela , comme l’ écrivait Da El Mouloud Feraouen – Athirhema Rebi – la mafia polotico – militaire va va tirer les marrons du feu et se gaver , encore et encore sur le dos du peuple algérien.

  5. Le plaisir est partagé. C’est le coeur qui parle malgré la condition. Je vous souhaite autant, bien à vous.

  6. Ait Kaci, je voudrais juste vous témoigner ma gratitude pour l’esprit de partage et de générosité que vous manifestez sur ce joli site. C’est toujours un plaisir de lire vos analyses. Qui que vous soyez, merci et je vous souhaite le meilleur!

  7. L’Etat impose dans la constitution le determinisme islamique qu’il inscrit comme « constante » or, la Kabylie n’a jamais adhéré à l’Etat islamique. Ce glissement semantique gros comme le djurdjura conditionnera par le haut toute la kabylie. Une violence macro, on est donc en droit de defier l’imposition. Du reste ce qui est du role de l’éthique devient politique. Une violence invisible dont les effets sont là.

  8. Azul,
    Cet article parle des « non-jeûneurs, c’est-à-dire les chrétiens et les athées kabyles ».
    J’aimerais rappeler que les non-jeûneurs concernent autant les personnes de confession musulmane que les non-musulmans. Parmi ces non-jeûneurs, il y a des
    athées, agnostiques et déistes ; des chrétiens ; des musulmans non pratiquants,
    et aussi, des musulmans dont la santé ne permet pas le jeûne.

    Sur le fond de l’article, je suis aussi d’avis que le fait de manger en public ne porte pas atteinte aux personnes observant le jeûne. La pratique ou l’absence de pratique du jeûne est une affaire individuelle ; l’espace public/commun appartient à tous (musulmans ou non-musulmans, pratiquants ou non-pratiquants), et partant, aucune des parties ne peut le marquer et le contrôler à son seul avantage.

    Il faudrait arrêter avec cet illogisme de certains militants et hommes/femmes politiques disant que l’État ne devrait pas avoir de religion et qu’il ne devrait être que laïque, mais soutenant par ailleurs que par principe et par respect, l’espace public/commun doit être marqué par la religion musulmane. Cela est un non-sens !

    Non ! L’espace commun ne peut pas être soumis au dictat de la norme religieuse ! Parce qu’il est partagé et co-fabriqué, cet espace commun est justement le lieu où l’on devrait s’affranchir de certains codes et carcans : que les personnes de confession musulmane s’affichent fièrement comme jeûneurs et que les non-jeûneurs n’aient pas les contraintes de se cacher pour se restaurer, de se sentir gênés et de taire leur incroyance ou leur manque de pratique religieuse !

    Quant aux rassemblements des non-jeûneurs par défi, ils seraient pertinents en cas d’abus (arrestations par les forces de l’ordre, rejet communautaire, intimidation par les islamistes, etc.), mais absolument à proscrire s’ils sont uniquement motivés par la provocation ou l’ostentation. C’est dans l’intelligence et la paix que les nouvelles pratiques peuvent mieux se faire accepter et se faire intégrer dans les normes sociales. Aussi, faire appel au soutien des musulmans pratiquants et des imams dits « modérés » est une bonne stratégie pour dédiaboliser et approuver socialement cette évolution d’une partie de la société kabyle.

  9. Auto-limitation n’est pas auto-censure !

    C’est la prise de conscience de ses limites, d ahezzev, c’est la connaissance objective de ses capacités, de ses aptitudes …. À quoi servent ces provocations, ces « singeries » aux rond-points, la bière à la main, si ce n’est « l’ivresse publique », une attitude réprimée par la loi, partout en Occident….. Il y a bien de l’instrumentalisatiôn derrière ce genre de mise en scène, et ce sont les Maîtres de la Police secrète qui sont derrière… Ce n’est pas ça la liberté de conscience, et pas du tout une bonne manière de lutter pour la laïcité , légitime par ailleurs….

    Quant à l’affaire Rabrab, elle s’inscrit dans le cadre de la lutte des clans, gangs , factions et franges au sein de la Junte militaire, Rebrab étant sponsorisé et propulsé par certains Généraux criminels et mafieux de la SM-DRS, dont le sanguinaire et prédateur Mediène….. La population n’a aucun intérêt à soutenir ce genre d’individus ou actions. Les groupuscules et agitateurs kabylistes qui appellent à soutenir ces patrons véreux sont affiliés aux officines du Pouvoir militaire ……

  10. Évitons d’exposer la Kabylie aux représailles des barbus…. instrumentalisés par les Maîtres manipulateurs de la SM-DRS !

    La Diaspora doit plutôt aider matériellement et financièrement la population pour investir dans l’économie sociale et solidaire, aider les femmes villageoises (arbitrairement privées de l’éducation scolaire et professionnelle) pour gagner leur autonomie en obtenant des salaires (confection, agriculture, alimentation, etc.) à monter des fromageries, des huileries…. Mais aussi à soutenir les jeunes pour leurs études (livres, bibliothèques, médiathèques, soutien scolaire) ….

    …. mais surtout pas dans des actions et démonstrations douteuses et dangereuses, comme ces provocations anti-ramadan, qui revêtent un caractère politique néfaste et préjudiciable pour la Kabylie, le risque de dérapages graves, meurtriers étant fort perceptible ….

    Soyons lucides, responsables, raisonnables, prévoyants ! Déjouons les manipulations des Généraux machiavéliques et assassins qui veulent terminer leur « guerre contre les civils » en Kabylie…..

    Cordialement

  11. Si le choix religieux est individuel, pourquoi donc rendre ses effets collectifs?! Par quel droit dois je m’autolimiter pour que qui veut aller au paradis se sente plus citoyen, sa propre liberté n’est pas meilleure de la mienne.
    Ni bierre dans la rue ni prieres sur le troitoire ou le muezzin qui reveille le monde quand il veut. Que dire des libertés quand un Etat impose la charia dans les écoles!
    L’économie obeit à la regle juridique du contexte, quand on votre vie depend de la volonté d’un géneral, vos investissements le sont plus.
    Je ne connais pas les rouages de pret, mais par ce que j’ai pu constater le régime joue l’islamisme pour rester au centre comme mediane, aux yeux de l’occident.

  12. S’autocensurer c’ est aller dans la direction du regime qui a toujours compte’ sur l’Etat islamique en sourdine. S’ ils boycottent Rebreb figurez vous le petit investissement.

  13. Pour une laïcité apaisée, calme, tranquille, non agressive…..

    Contre toutes les provocations, les parades et les gesticulations des brobros (Cf Mohia) et des zygotos ! Contre les offenses ! Contre le laïcisme ou l’intégrisme laïc , qui est tout aussi néfaste et dangereux que l’intégrisme religieux ! Contre la laïcité raciste et xénophobe que revendique les Droites dures et les Extrêmes droites occidentales !

    Pour toutes les actions ou démonstrations, il faut se poser les vraies questions et tâcher absolument de trouver/formuler les bonnes réponses : quel est «  l’impact immédiat », qu’elles sont les «  visées réelles », les « véritables objectifs », le vrai but fixé, qui est derrière….. sachant que ce pays est souvent le théâtre de gigantesques manipulations et provocations conçues par le Centre névralgique de la Junte militaire, la SM-DRS, et mises en œuvre par ses supplétifs et valets locaux…..

    Oui, la laïcité c’est bien, ça épanouie, ça développe l’esprit, et ça aide à vivre mieux, en se débarrassant des dogmes et préceptes religieux, fixistes, déistes, théistes….. Je désigne par là une laïcité calme, tranquille, inclusive, acceptante, intégrante …

    Je mange discrètement, il jeûne discrètement, il ne me voit pas manger et je le vois pas jeûner, je ne le dérange pas, il ne me dérange pas, et ça peut passer sans fracas. Je n’ai pas à le provoquer ….. en mangeant devant lui. Mais quand un agitateur vient au rond-point et se met à provoquer, ça change de registre, ça devient autre chose, c’est de la provocation directe et porte une signification politique, car ça vise à singulariser la Kabylie, la diviser, la séparer, l’isoler, la discréditer, ça entame sa légitimité politique et historique = neutralisation : c’est justement ça «  la stratégie délibérée » de la SM-DRS pour contrer, casser et neutraliser la Kabylie, en utilisant et manipulant de petits agitateurs extrémistes, dépolitisés, sans esprit critique, sans capacités d’analyse et de raisonnement…. Ce cirque pseudo -laïc arrange amplement le Régime militaro-mafieux, lequel mise sur la division totale, joue et manipule les uns contre les autres, élève tels contre tels …..

    Sinon, quoi de mieux que de rester tranquillement chez soi, tendrement et amoureusement enlacé avec sa bien-aimée et adorée, s’énivrer à fond, jusqu’au septième ciel, puis mijoter un petit plat, le savourer en douceur….. tout en ayant une pensée émue aux pauvres, aux sans domicile, à ceux qui ont faim, n’ont rien à manger ou jeûné……

    Oui pour une laïcité calme et tranquille ! Non aux provocations et les parades ! Non aux gesticulations et les déambulations destinées à déranger, provoquer, offenser et blesser….. arranger et conforter le Régime militaro-mafieux qui veut faire de la Kabylie son « laboratoire politique » , le « lieux des enjeux politiques » où les Généraux comptent terminer leurs jeux macabres, leur « guerre contre les civiles » commencée aux endroits à  « enjeux économiques », les terres fertiles spoliées à coups de massacres (1993/1998) …. commandités par les Généraux criminels et prédateurs.

  14. Non au couvre-feu islamique. C’est au musulman de demontrer sa capacitè de resistance aux tentations et pas aux non-croyants de devoir s’effacer!

  15. Quand la croyance est fruit d’un choix individuel c’est l’homme qui dans l’harmonie vit sa religion de choix. Quand par contre la religion est imposée comme devoir-etre par les régimes, c’est la oumma qui choisit la religion des hommes. Un sacrilège meme du point de vue religieux, dans la mesure où meme dans le coran il y a le libre choix entre s’investir et donc se sacrifier pour y aller au « paradis » oubien choisir « l’enfer ». Les sacrifices qu’on s’impose quand on est dans le libre choix sont une joie, par contre quand on a besoin d’imposer le meme sacrifice à ceux qui n’adhèrent pas aux memes choix c’est preuve de non croyance. Une double peine, parce qu’en instaurant ce devoir -etre ce n’est pas repandre au mieux sa croyance mais son ego, un ego plus gros en profite: celui de l’Etat qui y batira son régime dessus tous. La libérté religieuse fait des hommes libres dans un Etat libre. Le devoir-etre religieux fait des petits dictateurs qui reproduisent l’oppression qu’ils vont subir par le système qui s y superpose. Pas pour rien que les dictatures arabes meme les dites laiques comme celle de kadafi sadam y faisaient recours à l’islam comme moyen de controle social.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici