Hissage du drapeau kabyle le 14 juin : Des images fortes hautement symboliques en Kabylie

0
3099
Le drapeau kabyle brandi à
Le drapeau kabyle brandi à

KABYLIE (TAMURT) – L’histoire nous a, maintes fois, enseigné que la hardiesse de quelques-uns peut-être à l’origine de grandes mobilisations contre le statu quo. Un geste de résistance symbolique peut avoir une portée politique aux effets qui dépassent infiniment les attentes. Ce vendredi 14 juin 2024, qui coïncidait avec la célébration de la Journée de la Nation kabyle, des dizaines de militants indépendantistes ont fièrement hissé le drapeau kabyle aux quatre coins de la Kabylie. Un acte de résistance pacifique hautement symbolique.

Dans plusieurs départements de la Kabylie, le drapeau kabyle a été bel et bien hissé et fièrement brandi par de braves citoyens kabyles, durant la Journée de la Nation Kabyle. Le 14 juin est proclamée par le Gouvernement kabyle en exil comme « Journée de la Nation Kabyle » depuis 2013, en hommage aux martyrs du printemps noir et des kabyles assassinés lors de la marche millionnaire et historique du peuple kabyle vers Alger le 14 juin 2001, réprimée dans le sang par le régime algérien. Aujourd’hui, malgré un climat de terreur instauré par ce même régime colonial en Kabylie, et le risque encouru, à savoir des poursuites judiciaires pour terrorisme en vertu de l’article 87 bis du code pénal algérien, des indépendantistes kabyles ont tenu à brandir l’emblème de leur patrie, la Kabylie. A Melbou, Sidi Aich, Seddouk, Aqvu, Chellata, Akfadou, Ath Abbas, Toudja, Ath Melikeche, Ath-Immel, Kherrata, Ath Jlil, Iznayen (Semaoun), Mcisna, Imoula, Ifri Ouzrellaguen, Fenaia, dans le département de Vgayet, ou sur les hauteurs de Larbaa Nath Irathen, Iflissen, Ath Wassif, Ath Douala, Boghni et Makouda et Tamda Ouguelmim, dans le département de Tizi Wezzu, des citoyens ont hissé le drapeau aux belles couleurs bleu et jaune, frappé au milieu d’un yaz (ⵣ, lettre z en tifinagh), et soutenu par deux rameaux d’olivier.

Dans les départements de Tuvirett et Sétif, le drapeau kabyle a été hissé par des citoyens respectivement à Imeccdalen (Mechdallah) et Ath Mouhli. L’histoire regorge d’exemples d’actes de défiance emblématiques, qui nous enseignent à quel point un geste symbolique peut avoir une portée politique importante et dont l’impact s’inscrit dans la durée. En 1955, une afro-américaine, Rosa Parks, s’est dressée contre les lois ségrégationnistes en vigueur dans le Sud des Etats-Unis. Elle avait refusé de céder son siège à un passager blanc dans un bus malgré les demandes incessantes du conducteur. Son brave geste a provoqué un large mouvement de boycott de la compagnie de bus. Cette action, qui a duré presque un an, a été soutenue par Martin Luther King. Le résultat de ce boycott : la Cour Suprême avait déclaré ces lois anticonstitutionnelles, ce qui avait encouragé le mouvement pour les droits civiques des noirs aux Etats-Unis à continuer leur combat. Dans son livre « Mon histoire : une vie de lutte contre la ségrégation raciale », Rosa Parks a écrit : « Avec les années, j’ai appris que, quand on prend une décision, la peur s’en va. Savoir ce qu’on a à faire éradique la peur. » L’histoire retient aussi le geste pacifique d’un manifestant chinois, qui, en 1989, a bloqué, à lui seul, une file de plusieurs chars sur la place Tienanmen. Ce manifestant anonyme a montré au monde entier qu’un régime aussi puissant comme ce fut le cas avec la dictature communiste de Chine peut être défié d’une manière pacifique.

Un jour, l’on se souviendra certainement de ces kabyles qui refusent de courber l’échine et d’accepter le statu quo. Par leurs gestes symboliques, comme la levée du drapeau kabyle ou des tags écrits sur les murs appelant à l’indépendance de la Kabylie, ils maintiennent vivante la flamme de la lutte pacifique pour l’autodétermination du peuple kabyle, de l’intérieur même de la Kabylie.

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici