L’intolérance persiste en Algérie : Les non-jeûneurs mangent toujours en cachette

3
non-jeûneurs
non-jeûneurs

ALGÉRIE (Tamurt) – Le mois de ramadan a commencé ce jeudi 17 mai et à l’instar de chaque année, le même climat d’intolérance généralisé a été constaté tout au long de cette première journée où les non-jeûneurs en Algérie en général et en Kabylie en particulier, ont été contraints, une fois de plus une fois de trop, de se cacher pour manger ou boire.

Rien donc n’a vraiment changé et la même ambiance de non acceptation de l’autre continue à être la règle dans un pays complètement gangrené par l’islamisme et l’idéologie arabo-islamique. Les non-musulmans, qu’ils soient athées, chrétiens, juifs ou simplement les étrangers sont contraints, à chaque fois qu’ils ont envie de se mettre quelque chose sous la dent, de chercher un endroit, loin de tous les regards menaçant et pleins de haine. Car, si on venait à attraper quelqu’un en train de manger ou de boire, la règle établie est tout simplement de le lyncher.

On l’a vu et vérifié à maintes reprises durant les années précédentes et désormais, les non-jeûneurs ne prennent plus ce risque hormis dans des localités où la peur a changé de camp. Et malheureusement, elles ne sont pas nombreuses. En plus des catégories suscitées, on ne faut pas oublier de parler des millions de malades chroniques (hypertendus, diabétiques…) qui ne doivent pas faire carême quand bien même ils seraient des musulmans, et ce, sur conseil de leurs médecins. Même pour prendre leur traitement, pendant la journée, ces malades sont obligés de se cacher et de prendre toutes les précautions nécessaires afin de ne pas se faire attraper par les gardiens du Temple musulman.

La sempiternelle question qui se pose et à laquelle les concernés ne donnent jamais de réponse est : en quoi quelqu’un qui n’observe pas le jeûne par conviction ou pour une tout autre raison dérangerait quelqu’un qui l’observe par conviction ? Logiquement aucune. A moins que ceux qui jeûnent, et qui sont dérangés par ceux mangent et boivent, ne le font pas par conviction. Auquel cas, ils sont vraiment nombreux, voire majoritaire, au point d’imposer un tel climat de dictat et de terreur.

Tarik Haddouche

3 COMMENTAIRES

  1. Quelles contradictions !!!

    _« Éviter les provocations et les affrontements, déjouer l’instrumentalisation des extrémismes ! ».

    _« Sinon, sous le Régime militaire il n’y a que répressions, corruption, misères, extrémismes, violences, manipulations, provocations, salafisme, djihadisme, terrorisme d’État et terrorisme islamiste (agissant simultanément, concomitamment),ramadan, mosquées, Aïd, cette besogne sanguinaire tout aussi horrible, maléfique détestable que le Ramadan…. ».

    Vous êtes précisément dans la provocation, dans l’affrontement et dans l’extrémisme !

    À voir aussi les autres commentaires que vous avez publiés récemment, vous vous contredisez beaucoup…mais, bien sûr, vous êtes libre de changer en un temps éclair (depuis la semaine dernière)! Euh… un peu comme ces individus qui versent dans la radicalisation expresse et qui se transforment en kamikazes… euh … le lendemain…

    Cordialement,

    Ait Pas Said

  2. Éviter les provocations et les affrontements, déjouer l’instrumentalisation des extrémismes !
    .
    EXTENSION DU DOMAINE DE LA MANIPULATION ou COMMENT LE LAÏCISME ET L’ISLAMISME SE REJOIGNENT :
    .
     » Prémonitoire  » est le mot-clé pour dire d’emblée ce qui semble  » se préparer  » ou ce qu’on veut voir venir ou provoquer. C’est du moins ce qu’on peut déceler en lisant certains écrits, comme le présent texte ici livré au débat. Un rassemblement de non jeûneurs bien que présentement rien ne peut le justifier, si ce n’est la seule volonté de mener une action de provocation et d’ostentation, comme ça été déjà fait les années précédentes. Est-ce vraiment ça qui fait avancer le (très légitime) combat pour la laïcité …. en brandissant une bière à la main ? Qui, juridiquement parlant, signifie  » l’ivresse publique « , réprimée par la loi, même en Occident, mais aussi  » l’apologie de l’alcool « , prohibée également, et qui va régaler les marchands véreux …. Mais, concrètement, est-il vraiment possible de venir à bout en si peu de temps du terrible mal infligé au pays par ce Régime militaire dominant / dominateur qui a imposé par la force cette infernale et o » idéologie dominante  » (l’arabo-islamisme)(3) mystificatrice et fascisante, jacobine et chauvine, rétrograde et réactionnaire, de rejet et d’exclusion ? Le fait est que ce Pouvoir militaire dominant impose ce qu’il veut par ce qu’il dispose d’abord d’un Arsenal répressif dominant (1) et d’un Appareil de propagande dominant (2)….. Bref ! Par la force, le Régime militaire a construit des milliers de Mosquées, fermé et détruit des centaines d’Églises, de Synagogues, et défiguré et dévasté tant de villes, tout le patrimoine culturel, cultuel, confessionnel, spirituel, religieux, tout …. au détriment du pluralisme qui caractérisait cette terre.

    Il est irresponsable de faire appel à des jeunes et les exposer aux hordes islamistes, agissant par eux-mêmes ou instrumentalisés par les Maîtres manipulateurs de la Police occulte, et provoquer un bain de sang …. pour rien. D’autant plus que le Régime militaire (SM-DRS) considère la Kabylie comme son  » laboratoire politique « , le « lieu des enjeux politiques « , des ses sordides calculs, où il compte  » finir  » sa  » guerre interne / stratégie de la tension  » (commencée aux  » lieux des enjeux économiques « ) …..
    .
    Or, il y a bien d’autre choses à faire, plus porteuses, importantes, mieux impactantes, et surtout pacifiques. Comme la vulgarisation des textes sur le rationalisme scientifique, la laïcité, l’athéisme, la libre pensée….. et manger chez soi tranquillement. Non, il faut éviter les provocations et la défiance, les parades et les gesticulations des brobros, ces brobros qui font leurs appels depuis la capitale de l’ex Puissance coloniale, d’où ils veulent commander, parler au nom des Kabyles, alors que la Diaspora les hait et les abhorre…..
    .
    LE CHANGEMENT RADICAL EST LOIN, LOIN TANT QUE LE RÉGIME MILITAIRE EST AUSSI PUISSANT, NE VOULANT PAS CÉDER :
    .
    Il ne peut y avoir de véritable changement tant que la Dictature militaire préside aux destinées de ce malheureux pays. Et ce n’est pas par l’agitation, les gesticulations, les parades et autres mise en scène où la manipulation guide le mouvement. Mais par un travail minutieux, consciencieux, de longue haleine, qui consiste à éveiller les conscience et dire que la crise qui frappe ce pays est multidimensionnelle, et d’abord politique, car liée à la l’illégitimité du pouvoir en en place. ….. C’est dire que la question principale, fondamentale, capitale, première, c’est la question du pouvoir ….
    .
    LA QUESTION PRINCIPALE ÉLUDÉE, ESCAMOTÉE, ÉVITÉE, ESQUIVÉE, FUIE OU RELÉGUÉE A L’ARRIÈRE-PLAN.
    .
    La littérature politique et journalistique livrée quotidiennement pèche par la base, car elle élude la question principale, fondamentale, en l’occurrence celle de la nature politique de la crise. Une crise fondamentalement « politique » . Principalement, primordialement, essentiellement, fondamentalement « politique » : entendre par là que la crise multidimensionnelle qui frappe l’Algérie est liée d’abord à la « question du pouvoir », de l’illégitimité du pouvoir, depuis 1962. Du fait de la confiscation de la souveraineté populaire par « la ruse et la force » depuis l’indépendance, depuis le Coup d’État du 3 Juillet 1962 fomenté par les Officiers de l’Armée des frontières, ralliés par les Officiers de l’Armée française (les De Gaulle boys), en l’occurrence ceux là même qui n’ont pas combattu pour la libération nationale. Bref, et tant que la « légitimité » n’est pas (ré)établie, ça demeurera ainsi, et le pays restera ainsi bloqué et asphyxié par ce Pouvoir militaro-mafieux, tenu d’une main de fer par les Généraux -et-Colonels, criminels et prédateurs, sanguinaires et mafieux, corrompus et corrupteurs / manipulateurs, qui se considèrent comme les propriétaires uniques et exclusifs de ce pays, et croient être fondés pour faire ce qu’ils veulent, et refusent de se résoudre à lâcher les rênes du pouvoir, surtout qu’ils ont « tué des centaines de milliers de citoyens, et volé des centaines de milliards, et savent bien qu’ils sont qu’ils sont responsables, coupables, et passables devant les Tribunaux internationaux » . D’où leurs obsessions et persistances à tout faire pour garder le contrôle de la situation par tous les moyens : répression permanente, intimidations, menaces, manipulations, provocations, assassinats, tortures, embrigadement, propagandes, intoxication, bourrages de crânes, écrans de fumée, tromperies, pourrissement de la situation, exacerbation des problèmes, instrumentalisation des extrémismes de tous bords …..
    .
    LE « VOLET POLITIQUE » UNIT, LE « VOLET IDÉOLOGIQUE » SÉPARE, ISOLE, DÉLÉGITIME, DIVISE = NEUTRALISATION POLITIQUE
    .
    Le « discours politique » (d’opposition) peut unir, car il traite des questions relatives à la transition vers la démocratie et l’État de droit, les droits de l’homme, les exactions du Régime militaire… Tandis que le « discours identitaire » (d’agitation) traite des questions d’ordre idéologique (langues, religions, cultures), qui divisent-séparent-isolent-délégitiment par leurs propensions et postures culturalistes, identitaristes, essentialistes, différentialistes, ethnicistes, racialistes-racistes, car ce sont des « fibres sensibles », des questions clivantes, conflictuelles, qui ne peuvent être résolues que dans la Démocratie réelle et l’État de droit, ce que le Régime militaire actuel, dominant et manipulateur, diabolique et machiavélique, ne veut pas, car ça attente aux intérêts des Généraux, pour ces biens acquis illicitement et illégitimement, par la ruse et la force….
    .
    C’est pour cette raison qu’il nous faut donc nous concentrer plutôt sur ce qui peut unir : le « front politique » , qui cible la transition vers l’État de droit, la démocratie, les droits de l’homme, la justice, la légitimité, la paix, la résolution des problèmes par le dialogue et la concertation, par la médiation et la justice…..
    .
    SEULS L’ÉTAT DE DROIT ET LA DÉMOCRATIE RÉELLE POURRONT RÉGLER

    ….. les questions liées aux langues, cultures, cultes, confessions, religions, langues, etc. Par un Parlement élu au suffrage universel, des élections supervisées par la Communauté internationale et les ONG et Associations crédibles …..

    Sinon, sous le Régime militaire il n’y a que répressions, corruption, misères, extrémismes, violences, manipulations, provocations, salafisme, djihadisme, terrorisme d’État et terrorisme islamiste (agissant simultanément, concomitamment), ramadan, mosquées, Aïd, cette besogne sanguinaire tout aussi horrible, maléfique détestable que le Ramadan….

  3. L’islamisme est juste le levier qui cache les objectifs politiques. Il y a une cohérence globale dans les actes du régime, abjecte soit ils. ils suivent une ligne bien précise: les amis et les ennemis, les régions fidèles et celles à tenir sous contrôle. L’islamisme certes joue un rôle dans l’apartheid, il suffit de voir le nombre de mosquées construites en Kabylie, mais si le taux de mosquées par habitant est confronté au taux d’emplois et d’investissements par habitant, on se rend facilement compte que les mosquées sont en Kabylie dans le rôle de l’ancien bureau arabe.
    Il est donc impératif de ne pas tomber dans le jeu du régime qui alimente une laïcité stérile où l’on passe notre temps dans une confrontation idéologique ou bien à énumérer nos raisons comme s’il y aurait un saint salvateur qui viendrait remettre justice sur terre. Il y a le grand risque d’avoir raison en passifs et élever le pessimisme ambiant à culture de perdants. Il y a donc lieu de rendre capitalisables les analyses et les ressources humaines importantes autour d’un projet politique qui en sera le levier d’un sursaut collectif contre le statu quo. Tout est visible du parloir arabe aux « représentants » de la Kabylie qui y siègent, la volonté de continuer dans la division des rôles et ressources et ce depuis Boumediene à nos jours. Une « division du travail » se projette dans le futur à travers le dessin économique est politique qui fait des choix des régions pour l’investissement productif un levier de paupérisation à venir. Les clusters avaient été choisis par Boumediene et mettaient la Kabylie comme réservoir de migrants. La même structure se reproduit à présent. Même les hauts plataux produiront de l’huile d’olive, alors que Bouira pourrait être facilement la Californie, c’est ailleurs que les fermes produiront ce que la Kabylie devra consommer, avec un étranglement économique qui sera l’outil le de pression politique. On feint même de voter des structures productives en Kabylie le temps de faire voter des budget de fonctionnement, puis l’administration arabe trouve le moyen de devier la structure vers des régions plus algéiennes. Gamal Abdenasser disait « l’algerie nous suffit et vous suffira… »Win yetchan yetcha wayadh th’arvouth thekkess.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici