Librairie Gouraya : La police empêche la présentation du livre « La Kabylie en partage » de l’écrivaine Dominique Martre

0
1800
Photo prise juste avant l'intervention de la police
Photo prise juste avant l'intervention de la police

VGAYET (TAMURT) – La police algérienne est intervenue, ce samedi 29 juin, au niveau de la librairie Gouraya, située au centre-ville de Vgayet, pour interrompre la présentation d’un ouvrage. L’écrivaine française Dominique Martre devait présenter son dernier livre « La Kabylie en partage ». L’auteure, son mari, son éditeur Arezki Ait Larbi, ainsi que d’autres citoyens kabyles venus assister à la rencontre littéraire ont été arrêtés et conduits au commissariat central de Vgayet.

Alors que le livre a été présenté, jeudi dernier, sans aucun problème à librairie des Beaux-Arts, à Alger, un même évènement est empêché en Kabylie. Le régime algérien poursuit sa répression multiforme en terre kabyle, en y interdisant toute manifestation politique et culturelle. Seuls les évènements et les rencontres organisés par l’administration coloniale et ses relais sont autorisés. Les cafés littéraires, qui offraient des espaces d’échanges et de débats, sont empêchés et plusieurs associations culturelles n’arrivent pas à obtenir des autorisations officielles pour organiser leurs Salons de livres.

A noter que l’intervention de la police algérienne, ce samedi 29 juin, à la librairie Gouraya, s’est soldée par plusieurs arrestations, dont celles de l’écrivaine, son mari, son éditeur Arezki Ait Larbi, les journalistes Merzouk Touati et Kader Sadji, le propriétaire de la librairie, le photographe Farid Zeroual, la présidente de l’association Fatma Nsoumer, en l’occurrence Yasmina Chouaki, ainsi que le militant indépendantiste kabyle Khoudir Bouchelaghem, qui vient de purger une peine de trois ans de prison ferme. Après plusieurs heures d’interrogatoire, toutes les personnes interpellées ont été relâchées. Dans son livre, l’écrivaine Dominique Martre raconte son vécu à la bourgade kabyle de M’Chedallah (ex Maillot) dans les années 1970, où elle travaillait comme enseignante.

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici