Université de Vgayet : Encore un licenciement abusif dénoncé par les enseignants

0
1603
Le Pr Moulai Riadh
Le Pr Moulai Riadh

KABYLIE (TAMURT)- A l’appel du Syndicat des Enseignants du Supérieur Solidaires (SESS), un sit-in de protestation a été organisé, ce dimanche 30 juin, à l’université de Bejaia par le corps-professoral pour dénoncer le licenciement « abusif » du professeur Moulai Riadh. L’administration rectorale n’aurait pas apprécié les critiques de l’enseignant licencié, qui s’est élevé contre « des pratiques bureaucratiques ». Au total, neuf enseignants ont été licenciés ou rétrogradés en l’espace d’une année par l’administration universitaire de Bejaia.

Après 27 ans de service, le professeur Moulai Riadh, enseignant à la faculté des Sciences de la nature et de la vie et directeur de laboratoire de recherche en zoologie appliquée a été licencié par l’administration rectorale de l’université de Bejaia. Le motif ? Il a dénoncé ce qu’il qualifie de « pratiques bureaucratiques » de cette même administration. « Nous sommes consternés par cette décision et nous estimons que cette sanction est exagérée par rapport aux faits qui lui sont reprochés par la commission paritaire. Le professeur Moulai a consacré 27 ans de carrière pédagogique et scientifique au service de notre université », a déclaré le SESS dans un communiqué. Spécialiste dans les domaines d’ornithologie, de l’entomologie et de l’écologie végétale côtière et insulaire, ce chercheur émérite a encadré une vingtaine de doctorats à l’université de Bejaia et ailleurs dans des universités algériennes.

Le SESS affirme dans son communiqué que le Pr Moulai a formé « la prochaine génération de chercheurs et d’enseignants au sein de notre faculté ». Evoquant le laboratoire de recherche dont il est directeur et lequel est affilié à la faculté des Sciences de la nature et de la vie de l’université de Bejaia, Moulai affirme qu’il « s’intéresse à la gestion des espèces et des espaces aussi bien dans un intérêt économique que de protection des écosystèmes et cela dans une perspective de développement durable des ressources biologiques animales ».

Ce n’est pas la première fois que des enseignants chercheurs dénoncent des blocages administratifs, des pratiques bureaucratiques et le manque de moyens au niveau de l’université de Bejaia. « (…) En un court laps de temps d’une année, l’université de Béjaia a licencié et rétrogradé 9 enseignants pour des motifs farfelus », a déploré le SESS dans son communiqué.

Lyes B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici