vendredi, décembre 9, 2022

Daily Archives: Oct 21, 2011

Khaled Nezzar auditionné par la justice suisse : Il a été interpellé jeudi à Genève

Le général major à la retraite Khaled Nezzar a été auditionné, vendredi 21 octobre, par la justice suisse à Genève, selon son avocat Philip Grant, responsable de l’ONG Trial.

Médias-presse-prix : Première édition des prix du reportage France Info-revue XXI

PARIS, 20 oct 2011 (AFP) - Les premiers prix décernés par France Info et le trimestriel XXI consacrant de jeunes journalistes de moins de...

Les attaques visent toute la région de Kabylie : Quand la radio algérienne insulte Aït Ahmed

KABYLIE (Tamurt) - La journaliste, apparemment rompue aux traditions de lynchages des opposants au régime, notamment les Kabyles, a tout bonnement comparé la durée de la présidence de Aït Ahmed à la tête du FFS à celui d’El Kadhafi. Ironie de l’histoire ou simple calcul politicien, Aït Ahmed, ce monument de l’Histoire algérienne, s’est retrouvé traîné dans la boue par une journaliste aux ordres d’un média public algérien. Pourtant, Bouteflika a fait voter une loi interdisant l’atteinte aux figures historiques algériennes.

Appel à tous les étudiants et lycéens kabyles – Se rassembler pour manifester publiquement

Appelle à tous les étudiants (es)et lycéens(nes) kabyles sur l'ensemble du territoire algérien à se rassembler pour manifester publiquement leur colère face aux agissements des islamistes et à l'indifférence complice du pouvoir central.

Racisme et anti-kabylisme des étudiants arabophones de l’université de Sétif

SETIF (Tamurt) - Cet événement conjugué avec d’autres a poussé les étudiants à sortir de leur réserve pour crier fort leur colère. Aux problèmes du au non respect de la mixité dans les résidences universitaires est venu se greffer le problème de la langue des études, l’arabe en l’occurrence. Les étudiants avaient revendiqué une autre langue pour le savoir. Une langue plus appropriée aux études que la langue arabe.

Racisme et anti-kabylisme des étudiants arabophones de l'université de Sétif

SETIF (Tamurt) - Cet événement conjugué avec d’autres a poussé les étudiants à sortir de leur réserve pour crier fort leur colère. Aux problèmes du au non respect de la mixité dans les résidences universitaires est venu se greffer le problème de la langue des études, l’arabe en l’occurrence. Les étudiants avaient revendiqué une autre langue pour le savoir. Une langue plus appropriée aux études que la langue arabe.
- Advertisment -

Most Read