lundi, juillet 4, 2022

Monthly Archives: Mai, 2012

Nouvelle ère – Le peuple kabyle est décidé de se libérer de la tutelle arabe

KABYLIE (Tamurt) - La visite de travail en Israël effectué par le président du GPK Ferhat Mehenni et le ministre des relations extérieures Lyazid Abid, a été très bien accueillie par la grande majorité des Kabyles retrouvant ainsi une fierté et une victoire sur un pouvoir qui nous a assez brimé et qui ne cesse de programmer notre disparition en tant que peuple, langue et civilisation. Cette visite est aussi un événement porteur d’espoir d’une large reconnaissance de la nation kabyle sur la scène internationale, ce qui est l’objectif primordial du GPK.

FFS : Suspension de karim Tabou et fin de mission pour Samir Bouakouir

Le premier secrétaire du front des force socialiste (FFS), Mr Ali Laskri a procédé à suspension de Mr Karim tabou, membre du conseil...

Arabiser, c’est déberbériser la Kabylie, pour l’anthropologue Tassadit Yacine, le pouvoir veut diviser les Algériens

Anthropologue, Tassadit Yacine enseigne à la Maison des Sciences de l'Homme à Paris. Elle est directrice de la revue d'études berbères Awal, fondée en 1985.

« Arabiser, c’est déberbériser la Kabylie » Pour l’anthropologue Tassadit Yacine, le pouvoir veut diviser les Algériens.

Anthropologue, Tassadit Yacine enseigne à la Maison des Sciences de l'Homme à Paris. Elle est directrice de la revue d'études berbères Awal, fondée en 1985.

Arabiser, c'est déberbériser la Kabylie, pour l'anthropologue Tassadit Yacine, le pouvoir veut diviser les Algériens

Anthropologue, Tassadit Yacine enseigne à la Maison des Sciences de l'Homme à Paris. Elle est directrice de la revue d'études berbères Awal, fondée en 1985.

Les transporteurs de la ligne Ouadhia-Boughni en grève

Les transporteurs assurant la ligne: ouadhia-boughni, ont entamé depuis hier une grève illimitée pour protester contre l'absence de station spéciale au niveau de boughni....

Une conférence-débat sur la violence du genre à l’université de Tizi-Wezzu

Le comité de la résidence universitaire filles de Boukhalfa organise une conférence-débat sur la violence en général et la violence du...

144 cadres du FFS grincent des dents

BGAYET (Tamurt) - Le résultat est là : la crise est ouverte. De fil en aiguille, elle s’est installée confortablement au sein des instances de cette structure politique qui a vite changé de vocabulaire, passant du plus violent au plus mielleux ? la sortie de 144 membres et cadres du parti , issus des wilayas de Tizi Ouzou, Béjaia, Alger et Sétif qui se sont réunis à Ifri Ouzellaguène (Béjaia) en signant un appel à l’endroit d’Aït Ahmed est un signe qui trahit fort bien le malaise qui couve au sein du FFS dont certains de ses cadres subissent déjà les effets de l’Epée de Damoclès. Les mécontentement fait effet boule de neige. Bien qu’il ait été malheureux candidat à la farce du 10 mai sur la liste du parti en Hexagone (Zone 1), Samir Bouakouir, rejoint le front » des frondeurs. Il dénonce ce qu’il qualifie de « dérive politique » et celle de certains éléments, sans les nommer, qui ont « pris en otage la direction et qui ont inscrit l'appareil du parti dans une stratégie qui s’inscrit dans une logique « d’accords, de conciliabules ou de tractations dans le dos de la base militante ». La messe est dite. En termes à peine voilés, on peut reconnaître le marchandage fait par le FFS avant de donner son accord pour une participation aux élections.
- Advertisment -

Most Read