lundi, septembre 26, 2022

Daily Archives: Jan 7, 2010

Mon Yennayer en Suède

KABYLIE (Tamurt) - Lyazid m'a demandé comment je fêtais Yennayer. Au début j'ai eu surtout honte : mes parents ne m'ont pas transmis de tradition de célébration de cette date. Mais la seconde d'après j'ai fait ce que j'ai commencé à faire depuis quelques années : je me suis dit que c'est à moi de prendre la responsabilité de redonner vie aux traditions kabyles qui ne m'ont pas été transmises. J'ai répondu à Lyazid : « bien sûr que je fête Yennayer. Je t'enverrai une description ».

1re partie Kabylie, éléments anthropologiques : La fête ou l’égarement des sens

CONTRIBUTION TAMURT - Un écrivain kabyle écrivait dans ce sens : « quand le Kabyle invite les “{Idebbalen}*” à animer une fête chez lui, il s’empresse de les payer et d’oublier cet épisode de sa vie…}». L’instant de fête est ainsi considéré comme un égarement temporaire duquel il faut se ressaisir au plus vite pour reprendre le cours d’une vie normale, donc austère à l’image de la ruralité des montagnes.

Les Kabyles de Marseille

Le début du vingtième siècle a été marqué par la Première Guerre mondiale qui a entrainé des répercussions économiques néfastes sur le monde entier. La France n’a pas été épargnée donc la Kabylie qu’elle administrait en a été davantage atteinte par la famine de cette époque.

Aseggas ameggaz 2960/2010

KABYLIE (Tamurt) - Pour que ce vœu soit exaucé, nous savons tous que nous devons dépasser nos divergences stériles, prendre conscience de nos égarements politiques, ne serait-ce que pour répondre à l’effervescence d’une jeunesse avide d’une Kabylie digne et solidaire. Inutile de nous attarder davantage sur nos échecs. Ils ne proviennent ni de nos tares, ni d’un quelconque asservissement. Nous n’avons d’autres démérites que le poids de notre erreur à vouloir imposer à toute l’Algérie une option ancrée dans notre culture millénaire; l’attachement à toutes les libertés, à la démocratie et à la tolérance. Cette option adoptée par des pays lointains ne cesse de prodiguer à leurs habitants sécurité et richesse. Et c’est justement ces Eldorados lointains que nos jeunes tentent de rejoindre dans des embarcations de fortune, au péril de leur vie.

Pour une large autonomie de la Kabylie

CONTRIBUTION DAHMEN AI ALI (Tamurt) - Aux premiers, je dirais que cette Algérie en laquelle ils croient, elle, ne croit pas en eux. Elle n’investira en eux que le jour où ils deviendraient des Arabes affermis par l’école, la mosquée, les médias, la rue… Aux seconds qui piaffent d’impatience de voir une Kabylie totalement indépendante de l’Algérie, le récent épisode d’un vulgaire match de football contre l’Égypte devrait leur ouvrir les yeux sur l’énorme distance qui les sépare de leur société où cet événement a provoqué un énorme brouillage de repères identitaires chez les Kabyles. Bref, aux uns et aux autres je dirais qu’on ne peut pas aller plus lentement ou plus vite que la musique. Il faut adapter la cadence à la mesure.
- Advertisment -

Most Read