mardi, janvier 31, 2023

Monthly Archives: Février, 2019

L’Arabie Saoudite autorise la consommation d’alcool

ARABIE SAOUDITE (TAMURT) - Au moment ou les autorités algériennes serrent les vis sur la consommation et la commercialisation des boissons alcoolisées, jusqu'à l'interdire complètement dans certaines régions, l'Arabie Saoudite, le pays le plus islamiste du monde, vient d'autoriser officiellement la consommation d'alcool.

Ali Ghediri, un bébé politique avec des moustaches

ALGERIE (TAMURT) - Le régime algérien a le génie de fabriquer en espace de quelques heures un parti politique majoritaire. En 1995, Ahmed Ouyahia, un illustre inconnu a réussi a obtenir des résultats aux élections qui dépassaient même ceux obtenue par le FLN. "Ouyahia, ce bébé né avec des moustaches" l'avait qualifié Ahmed Djedai. En 2019, pour maintenir le régime, le même scénario se répète.

Dérapage de Hichem Aboud : « Ali Belhadj est le Mandela algérien »

ALGERIE (TAMURT) - Le Célèbre journaliste et opposant au régime politique algérien, Hichem Aboud a commis un grave dérapage dans l’une des émissions que sa chaine de télévision « Amel-TV » a diffusée avant-hier, en soirée. En effet, Hichem Abboud n’a pas hésité à qualifier l’ancien numéro 2 du Front Islamique du Salut-dissous (ex-FIS), Ali Belhadj, de Mandela algérien.

El Hadi Ould Ali directeur de campagne de Bouteflika ?

KABYLIE (TAMURT) – El Hadi Ould Ali, ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, sera-t-il rappelé par le clan présidentiel afin de mener le bateau de la campagne électorale dans la wilaya de Tizi Ouzou comme il avait déjà eu à le faire lors des élections présidentielles de 2014 ? Le fait qu’il ait été démis de ses fonctions de ministre était-il inscrit dans cette optique ?

Enrico Macias: « Le pouvoir algérien ne veut pas que je visite la tombe de Matoub Lounès »

PARIS (TAMURT) - Le chanteur algérien, Enrico Macias, est revenu encore une fois sur le refus de l'Etat algérien de le laisser se rendre en Algérie. Pour la première fois, le chanteur de confession juive, dit que c'est à cause de sa volonté de se rendre en Kabylie et de se recueilli sur la tombe de Matoub Lounès qui n'est pas du goût des autorités algérienne.

La saignée continue au FFS

ALGERIE (TAMURT) - Deux membres du conseil national du FFS viennent d'annoncer leur démission. Il s’agit de l'ancien secrétaire national, Abdelmalek Bouchafa, et l'élu à l'APW de Tizi Ouzu, économiste et enseignant universitaire, Mouhamed Achir. Un autre coup dur pour le capitaine du FFS dont le bateau prend l'eau de toute part.

Tamazight : le ministère de l’Intérieur opte pour le Tifinagh !

ALGERIE (TAMURT) - A quoi joue le pouvoir algérien concernant le sort de la langue tamazight et plus particulièrement le choix des caractères de sa transcription ? Au lieu d'avoir le courage politique de prendre, avec fermeté et définitivement, la décision adéquate concernant les caractères de transcription de la langue amazighe, le pouvoir pousse au pourrissement et poursuit ses tergiversations.

Ali Ghediri succède à Ali Benflis

ALGERIE (TAMURT) - Dans les dictaturs, c'est le régime en place qui choisi ses adversaire politique et c'est lui aussi qui gère son "opposition". Cette formule fonctionne parfaitement en Algérie. Le pouvoir fragilise d'abord la vraie opposition et une fois écartée, il installe la sienne. Ali Benflis a joué depuis 2004 le rôle de la fausse opposition. Aujour'dhui, le régime a trouvé un successeur, il s'agit, comme tout le monde le sait déjà, de cet illustre inconnu, le général Ali Ghediri qui n'a aucune expérience politique.

La presse algérienne boude Ali Benflis

ALGERIE (TAMURT) - Contrairement aux élections présidentielles précédentes, le nom d'Ali Benflis, est complètement banni par la presse. Personne ne parle de lui. Pourtant il a annoncé sa candidature aux prochaines présidentielles. Son rôle de faux adversaire de Bouteflika est fini.

Aucun candidat à la présidentielle ne parle de tamazight

ALGERIE (TAMURT) - La question de l'officialisation de tamazight ne semble intéresser aucun politicien ni aucun parti politique, en Algérie. Aucun candidat pour le moment n'a fait la moindre allusion à la langue amazighe. Le candidat de l'armée, le général en retraite, Ali Ghediri, agit comme si la tamazight n'existe pas. Pourtant, le directeur de campagne n'est autre que le kabyle Mokrane Aït Larbi. La question de la pseudo reconnaissance de la langue tamazight est complètement bannie de la scène politique.
- Advertisment -

Most Read