fin de l’opération d’In Amenas : 23 otages morts, 32 terroristes abattus (Actualisé)

0
370
Attaque terroriste sur le site gazier d'In Amenas
Attaque terroriste sur le site gazier d'In Amenas

ALGÉRIE (Tamurt) – Entamées depuis jeudi dernier les opérations militaires, en vue de libérer tous les otages pris par les sbires de Mokhtar Belmokhtar au niveau du site gazier d’In Amans, dans le sud-est de l’Algérie, sont terminées. La situation s’est compliquée au fil des jours et des heures. Le sept derniers otages étaient condamnés. Ils ne pouvaient même pas négocier. C’est les autorités militaires algériennes, qui ont pris seules cette affaire qui a ébranlé le monde entier et qui ont refusé de négocier dès le départ. Un refus qui a suscité moult interrogations. Pourquoi Alger a préféré donner l’assaut au lieu de privilégier la voie des négociations ?

« On n’a rien compris. Les ravisseurs n’ont fait aucun mal aux otages, y compris les étrangers. Je pense qu’ils avaient l’intention de négocier quelque chose, mais l’armée algérienne ne leur a donné même pas la chance d’exprimer leur exigences », témoigne l’une des victimes de la région de Tigzirt qui a regagné le nord, hier après-midi.

L’Algérie est dans l’embarras. On parle de 60 terroristes qui participent à cette prise d’otage du siècle. Les autorités algériennes annoncent la neutralisation de plus de 20 terroristes et l’arrestation de 4 autres. Impossible de vérifier cette information. Les capitales occidentales n’ont pas caché leur désarroi sur la façon avec laquelle l’Algérie a géré cette prise d’otage spectaculaire.

Les terroristes qui circulaient des années durant au sud du pays sans être inquiétés ont frappé là ou il fait très mal. Le coup est très dur pour. Prises au dépourvu, les autorités algériennes ne savent plus quoi faire. Le silence de son chef d’Etat, Abdelaziz Bouteflika reste énigmatique. Il ne s’est pas exprimé depuis jeudi dernier, premier jour de l’attaque, alors que d’autres hauts responsables des pays étrangers ont fait plusieurs déclarations. Même le président français François Hollande s’est exprimé dans discours sur l’attaque d’In Amenas.

Izem Irath

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici