Grève des auto-écoles dès demain

0
352

Pas seulement. Les directeurs qui grincent des dents projettent même de radicaliser ce mouvement en procédant, en plus du débrayage et du gel de tous les examens, à la mise en exécution d’une action d’accompagnement qui consiste en le blocage du bureau de la circulation routière (BCR) qu’abrite la direction des transports sise au centre-ville de Tizi-Ouzou. Toutes ces actions ont été décidées lors de la réunion tenue hier, tenez-vous bien, à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou! (Il n’existe aucun coin sur terre où l’on tient une réunion des directeurs d’auto-écoles dans une maison de la Culture qui porte en plus le nom d’un illustre écrivain pour décider d‘un débrayage sauf à Tizi-Ouzou ! Ndlr).

C’est ainsi que cette réunion s’est achevée avec des décisions prises à l’unanimité des présents pour dénoncer le silence qu’observent les pouvoirs publics face à leurs doléances et à la non tenue de certaines promesses dont celle lié à l’envoi, en urgence d’examinateurs pour la wilaya de Tizi-Ouzou. A ce propos, des examinateurs ont été effectivement envoyés à Tiiz Ouzou suite au mouvement de protestation engagé durant le mois de mars dernier, mais c’était juste un « trompe-l’œil » puisqu’il se trouve que, en fin de compte, ce n’était qu’une mesure visant à calmer les esprits.

Il est vrai qu’en terme de nombre d’examinateurs, la wilaya de Tizi-Ouzou est à la traîne, comparativement aux autres wilayas. En effet, seulement six (06) examinateurs sont affectés pour 321 auto-écoles. Cette situation génère de nombreux aléas et surtout un ralentissement de l’activité. Ils n’ont droit qu’à un seul examen tous les 45, voir plus, alors que dans toutes les wilayas du pays, on parle de l’organisation d’au moins de deux examens par mois. Plus loin, les directeurs d’auto-écoles accusent leurs homologues, membres de l’ancien bureau, de leur association d’avoir « mal négocié ce quota en 2008 ». Aujourd’hui, cette activité se meurt. Ils vont encore plus loin en les accusant de composer avec la direction des transports tout en négociant un quota de candidats. A tout cela, on peut ajouter des circuits inadéquats quand ils ne sont pas tout simplement inexistants. C’est le cas pour certaines daïras où les candidats et les moniteurs sont abandonnés à leur propre sort. C’est dire que même les auto-écoles sont gangrenées par les maux qui rongent tous les secteurs.

La Rédaction

Photos: Tamurt.info Said T. 2012 ©

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici