Il était militant à l’Académie berbère durant les années 70, Arezki Abba est décédé à Paris

2
468

L’ancien militant est enterré le 11 du mois en son village natal, Ait Issad, dans la commune d’Ifigha. Hormis une délégation du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, MAK, sous l’égide de la section locale du mouvement autonomiste, aucune autre structure politique ou culturelle n’a daigné se déplacer pour rendre un ultime hommage à feu Arezki Abba, ce militant qui a choisi le camp de la résistance sous la baïonnette de Boumediene.

Toujours aux cotés de Mohand Arav Bessaoud, Arezki Abba « est ce militant toujours présent », témoignent ses amis de lutte. « Il était infatigable et surtout incorruptible », ajoutent-ils, avant de souligner que Arezki Abba a choisi de militer dans l’ombre, car son objectif « est la défense de la Kabylie et de la culture et la langue amazighe ». Selon d’autres informations, c’était Arezki Abba qui s’occupait du tirage de la revue de l’Académie, « Itij ».

Des proches de sa famille ont annoncé,, qu’un recueillement sur sa tombe aura lieu à l’occasion du 40e jour de sa disparition, sis à Ait Issad.

2 Commentaires

  1. Qu’il repose en paix et mes condoléances à sa famille et à tous ceux qui l’ont connu ! !. Comme les kabyles sont chouchoutés par la mort !!!. ceci dit , tamurt.info ne doit pas nous laisser comme cela dans le flou,personnellement je ne connais pas cette personne,une biographie de ce militant ne sera que justice , surtout qu’il a côtoyé des monuments !!. Tanemirt !, ar tufat !.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici