Ils ont entamé une grève de la faim après la décision de fermeture de l’ISMAS par le ministère de la culture algérien – Les étudiants réagissent : « ceux qui ont contribué à gâcher notre avenir payeront tôt ou tard »

3
500

CULTURE (Tamurt) – Dans un communiqué rendu public ce matin par les étudiants de l’Institut supérieur des métiers des arts du spectacle et de l’audiovisuel et adressé au président de la république algérienne et au premier ministre, les rédacteurs du document informent l’opinion publique de la décision scandaleuse prise par Mme la ministre de la culture, Khalida Toumi, de fermer l’Institut. Une décision prise hier par la ministre la culture, et cette dernière stipule « de geler toute activité pédagogique de l’institut momentanément, et de renvoyer tous les étudiants dans les vint quatre heure (24) qui suivent, autrement dit, et selon les dires des représentants du ministère ; la fermeture définitive de l’établissement ».

Selon les étudiants de l’ISMAS « après que les représentants du ministère eurent dévoilé ce cadeau apporté aux grévistes de la faim, l’un de ces derniers s’est évanouit, ce qui a nécessité son transfère à l’hôpital ».
Ces responsables, sont qualifiés de dinosaures, par les grévistes qui ont décidé de se battre, face à ces énergumènes de la culture, qui préfèrent, financer des Zaouias et fermer des écoles d’Arts. Une ministre qui semble être en réalité allergique à la culture ! « Après le départ des représentants du ministère, les étudiants se sont rassemblés pour confirmer que leurs détermination et que leurs cause est plus grande que les accusations portées à leur égard, plus grande encore que les intérêts de ces vieux dinosaures qui gardent en otage l’avenir de ces jeunes Algériens qui ne demandent qu’un diplôme reconnu et une bonne formation », rapporte le communiqué des étudiants de l’ISMAS déterminés à défendre jusqu’au dernier souffle le seul institut des métiers des Arts du spectacle et de l’audio visuel en Algérie sans dévier de la voie pacifique du militantisme.

« Nous n’avons pas peur, ni de la machine bureaucratique qu’utilise les agents du ministère contre nous à travers ce complot de la fermeture de l’institut pour mettre fin à la formation public dans le domaine artistique, ni d’une autre politique colonialiste », écrivent les grévistes.

Enfin, « nous invoquons tous ceux qui peuvent sauver nos vies d’une mort certaine qui pourrait résulter de cette négligence et tyrannie pratiquées contre nous, et nous invoquons aussi, aujourd’hui, plus que jamais, le soutien de la famille journalistique et artistique car l’heure est grave ; notre situation est chaotique alors venez et venez en masse à l’institut pour assister à notre expulsion de force comme l’ont annoncé les représentants de la ministre », lancent les étudiants. Un cri de désespoir mais aussi d’espoir, si mobilisation y a !

« Probablement ce sera notre dernier communiqué vu que nous ne serons peut être pas en bonne santé ou en prison pour vous adresser d’autres communiqués, nous comptons sur votre soutien et nous promettons à tous ceux qui ont contribué à gâcher notre avenir qu’ils payeront tôt ou tard, car notre cause est légitime et l’histoire en sera témoin. Jusqu’à quand cette marginalisation de la jeune génération, des artistes ; rescapés de la décennie noire dans une Algérie qui fête ses cinquante ans d’indépendance? ». Tel est le dernier paragraphe du communiqué. Des phrases lourdes de sens.

Mohand T

3 Commentaires

  1. Les étudiants doivent donner le « là » !

    Comme par le passé, les mouvements de protestation commencent dans les Universités. C’est là que la fronde « révolutionnaire » doit être organisée pour l’arrimer aux exemples déjà enclenchés a travers le monde. Car chaque pays a ses traditions de lutte, d’organisation de la contestation, donc les endroits précis, les symboliques respectives, les sloganations porteuses, les mots d’ordre rassembleurs, les dynamiques unitaires, la mécanique catalysatrice, etc. Comme chaque pays a son « imaginaire national » construit au fil de de l’histoire longue. Bien sur, il n’ya rien à attendre des alliés des Généraux, de même les extrémistes de tous bords. On l’a bien vu avec le fiasco des manifs d’Alger, au début 2011. Donc, d’abord faire en sorte que les extrémistes (et) alliés du Régime militaro-mafieux soient isolés, car ils exercent un “effet repoussoir, dissuasif”, la population ne les suivra pas. Nous avons eu la preuve le 12 , 19 & 26 Février 2011!Il faut absolument que l’Opposition oppositionelle organise une rencontre(à l’étranger s’il le faut) au plus vite, pour sauver le pays, donc enclencher le « mouvement révolutionnaire » pour parvenir à la chute des Généraux criminels et sanguinaires qui règnent sans partage, par la force répressive, les manipulations, les provocations, les massacres de masse , les assassinats politiques et autres crimes contre l’humanité…..Il faut faire un appel ici même, trouver la formule appropriée, le déclic, le déclencheur. Alors, trouvons quelque chose qui pourra nous unir pour déclencher ensemble le mouvement tant attendu. Il y’a une telle frustration aux sein des masses que ça ne peut durer…. Marches, sit-in, meetings, rencontres, toutes les formes de luttes nécessaires. Une pression internationale pour obtenir le “gel des avoirs des Généraux”, l’interdiction de voyager, l’embargo sur les armes et les survols aériens,etc,etc, mettre la pression maximale sur les Généraux harkis et traitres qui tuent le pays et sa population pendant des décennies déjà.Le Régime repose sur un « trépied » : la Police politique, le Comandement militaire, les Clans rivaux. C’est tout ça qui doit dégager . Le Régime en général et en particulier, la face apparente (Présidence-Gouvernement) et la face cachée Police politique), l’ex-MALG (Boutef-Zerhouni) et le néo-MALG/DRS (de Mediène-Djebbar & Cie), les Organes de répression en général, tous les Clans….

    • Oui, mais aujourd’hui les Universités sont dépolitisées, démunies et paralisées politiquement.. Deux raison à celà: la première tient à la neutralisation de l’Opposition en général; la seconde est liée à la féminisation à 75°/o, qui a impliqué automatiquement la dépolitisation du milieu universitaire, puisqu’ellles sont rares les filles qui font de la politique, comme partout d’ailleurs ! En Algérie, c’est pire car il y’a une politiqué délibérée de féminisation/dépolisation des Universdités. Le Bac est « octroyé » à 6, 7 ou 8 de moyenne pour les filles, et c’est le « fait accompli » pour les parents et la société, contraint alors d’accépter des admettre à la Fac, une fois l’attestation d’admission au bac parvenue par courrier…. Ce sont les Services du protocole et la Police politique (DRS, ex-SM) qui ont convenu ainsi depuis longtemps déjà, bref. Aujourd’hui les Universités sont des Bordels, des lieux de passe…Les effectifs de Profs, Assistants sont insuffisants, ce sont des Etudiants-e-s qui donnent les cours aux Etudiant-e-s, la situation est catastrophiques. Depuis 1988, des milliers d’Etudiants, Assistant, Maitres-assistants, Profs ont fui à l’étranger, suite à la « guerre interne » infligée au pays par les Généraux criminels et mafieux… et leurs alliés les extrémites de tous bords !

  2. Nous avons affaire avec des ingrats et radins de culture , ils sont tous des opportunitistes et aventuristes, les vendeurs de l´Algerie à la solde et au enchères auprés de la puissance néo colonisatrice ! quand On leur donne un pseudo de maffia ! ( la personne comme al capone ou Ahmed Umerri ……………ils ont une histoire honorable ) ! ils ne leur mérite pas ! tellement ils sont honorable , ils servi honorablement et dignement On opposant le systeme On arrachant leur droit financière et économique par force mais chez nous le sens contraire , qu´ Ahmed Umarri ! la copie de Robin hood ( Robin des bois ) , ceux qui défend le droit humain par force ! mais les notres tellement ils sont bas ! brosseur de leur supérieurs et des mouchards des petits mots des innocents ( meme maintenant chez nous en France ils recrutent des mouchards à 1800€ par mois , infiltrer dans des bars et brasseries kabyles , restaurants ,………………ect ) si Vous voyais l´injustice pour un réserviste servi et son devoir pendant la décennie noir finalement ils se trouvent tous des handicapes , malades mentaux , chomeurs ……………..ect , ichathen boby par le déni totale .
    les abus de pouvoirs aux faibles et les pauvres ou bien tout clair aux indigènes , donc quel respect
    leurs reste ???? ils sont nourris par les bloffs , mensonges , alibi , Jobardisme , vole , viole , …ect
    tous sa pour qu´ils soit serviable a sa double nationalitée , sautant de l´indigènat vers une identité traitrice et bas !
    la secte neth maa3merin ils vont payés trés cher dans cette vie , soit de leur créateur et la malédiction des pauvres qu´ils croyait a leur jobardisme .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici