Ils ont procédé à la fermeture du siège de l’APC : Les habitants de Tadmaït s'opposent la la construction d’une école de gendarmerie

12
484

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Nous rappellerons que ce projet a été lancé alors que deux autres, dont une salle omnisports et une gare routière au profit de cette localité soient remis aux calendes grecques.

Après avoir organisé un sit-in et fermé l’APC une heure durant, les centaines de protestataires se sont dirigés vers le chantier de construction. Là, la tension est montée de plusieurs crans. Les manifestants scandent des slogans hostiles aux gendarmes. Ils exigent le blocage et l’arrêt du projet en question. Il y avait de l‘électricité dans l’air bien que dans son essence cette manifestation était pacifique.
Les habitants de Tadmaït ne veulent pas de cette structure au détriment des infrastructures de base.

Ils ne veulent plus des hommes en tenues vertes et au képi. « Ils sont la source de l’insécurité », fulmine un jeune de Tadmaït. Notons que Tadmaït abrite une brigade qui a ouvert ses portes depuis les années 1960.

Pour rappel, la semaine dernière, deux jours durant, les habitants de la commune de Mizrana, au nord de Tizi-Ouzou, ont rasé carrément la brigade de la gendarmerie, récemment construite. Elle devait être inaugurée et mise en service le 1er novembre prochain. L’opposition des citoyens était farouche et ils ne comptent pas revenir sur leur décision. À Iflissen, une autre brigade de gendarmerie, a été « sauvée » par la police anti-émeute. En haute Kabylie, à Illiltène, les citoyens ont refusé même d’ériger une autre nouvelle brigade de gendarmerie dans leur région. Les travaux ont été empêchés et les fondations ont été également détruites récemment par les villageois.

Izem Irath

12 Commentaires

  1. Si j’étais décideur, je ne construirai ni gendarmerie, ni commissariat de police, ni école, ni hôpital, ni université, ni centre de jeunesse, ni route, et je ne renouvellerai ni station électrique, ni pompes de barrages, ni équipements d’hôpitaux ou universitaires ou d’enseignement professionnel. Je laisserai ces montagnards vivre à la merci du crime de la pauvreté, de la famine et de la sécheresse, des maladies et de l’analphabétisme. C’est ce qu’ils veulent.

  2. Ur tesseledh ara d acu ik neqqar ? Amek tettadjadh agherda yagi isemman iyiman-is : moh bablwad ? Ibda ikeccem-iyi ccek belli d axdim n widak igh irekdhen si 62 ar ass-a. Kra n tikelt ara k-in ceyaegh awal ur t-id suffughedh ara. Ma d wid n wehdhidh agi lla d-sufughedh iqaqahen-is am uxannam. Kecc d axannav akken yeqqar Muhend Aarav at yaafu Yillu. Ini-d iwumi tqeddcedh ay axannav ? Iniyi-d anwa ik-ittxellisen akken attughaled d axdim nsen. Negh ahat kecc d moh n zizi .

  3. La Kabylie n’;as pas besoin de ces reliques de la colonisation francaises appeles gendarmerie.
    Avant on avait la gendarmerie francaise de Massu maintenant c’est la gendarmerie arabe de Boutef.

  4. La grande majorité de ces gendarmes sont exclusivement arabophones et ont une haine sans borne du kabyle. Ils ont ete éduquer dans leur celule familiale arabisée qui haïssaient tout ce qui est kabyle ou bebere qu’ils appelle « chelh ». Je n’étais pas supris des crimes qu’ils ont commis en 2001, car nous les connaissons depuis le départ des gendarmes français. Comme le gendarme colon, les gendarmes algeriens sont devenus des gendarmes arabes, c’est à dire : ils se conduisaient comme les Français durant la colonisation. Rien n’a changé dans leur comportement et leur racisme envers ceux et celles qui ont libérés le pays. Parfois, on dirait même qu’ils sont là sur ordre de Paris pour venger les Français. Ce qu’il faut voir aussi, c’est que la grande majorité des ces gendarmes, leur partents ont ete gendarmes durant l’Algerie française. Idem pour l’ANP, elle à remplacé l’armée coloniale. Aujourd hui, l’ANP est là au service de ceux et celles qui sont au pouvoir. Elle est la pour massacrer, tuer, bruler detruire. Elle est aux ordres de ceux qui ont servit le colonialisme française.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici