Kabylie: Quinze lieux de culte chrétien fermés par le régime algérien depuis trois ans

2
1942
eglise_bouzeguene_en Kabylie
eglise_bouzeguene_en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – La communauté chrétienne en Kabylie est sous pression. Les bâtisses qui servent de lieux de culte pour les kabyles de confession chrétienne ont été pratiquement tous fermés par le régime algérien, depuis maintenant plus de trois ans.

Pas moins de 15 lieux de culte chrétien en Kabylie ont été fermés sur ordre du régime algérien depuis 2018, privant ainsi des milliers de croyants de lieux publics de rassemblement cultuel. D’autres églises sont sous la menace de fermeture, à l’instar de celles d’Ouadhia et d’At Atteli, dans le département de Tizi Ouzou. Au total, les locaux de huit églises ont déjà été mis sous scellés sur ordre de l’administration coloniale à Tizi Ouzou. Il s’agit, entre autres, des églises de Makouda, Tafat (Tizi-ville), Boghni, Boudjima, Tigzirt et Ouaguenoun.
Dans le département de Vgayet, sept lieux de culte chrétien ouverts, notamment à Ighzer Amokrane, Aqvu, Ighrem, Ait Melikeche (Tazmalt) et Riquet ont été fermés par la gendarmerie algérienne sur ordre du wali (représentant de l’administration algérienne). Le motif officiel avancé par le régime algérien pour justifier ces fermetures est « l’exercice d’un culte autre que musulman sans autorisation préalable délivrée par la commission nationale des cultes ».

Toutefois, selon des responsables d’églises en Kabylie, cette commission n’existe même pas et elle n’a jamais siégé à ce jour. Ainsi, l’administration coloniale exige de la communauté chrétienne kabyle l’obtention d’une autorisation préalable pour exercer sa foi, mais qu’elle refuse de lui fournir.

Seule une Kabylie indépendante et laïque peut garantir la liberté de culte aux kabyles quelle que soit leur conviction religieuse. C’est ce que prévoit le projet d’une constitution Kabyle, soumis à un débat public, depuis le mois de mai dernier, en vue d’une éventuelle adoption.

Aksil K.

2 Commentaires

  1. Azul, une bonne opportunité pour exprimer mon refus de cette omni presense arabe que je vomi de toutes mes tripes. Hélas attas leqvayel mazali then a tafaren une religion absurde venue du moyen orient qui leur fait perdre le nord duquel ils sont issus. L’imaginaire kabyle est perverti par un dogme arabo, alors que les faits historiques amazigh n’ont rien à voir avec la culture arabo (islamique). L’écriture arabe doit être bannie de l’espace public di tmurt si leqvayel veulent en effet construire une kabylie forte et indépendante du pouvoir central arabe qui veut la réduire à une enclave chtadorée bientôt se prenomera la kabylistan. Merci à tous les kabytchos d’avoir participé à cette reconversion spectaculaire d’un monde ouvert est libre à une secte arabe rétrograde et moyenâgeuse ravageuse et destructrice. Vous êtes pas loin de la fin des haricots, le chemin est tout tracé !

  2. L’islamisme est le levier du régime, qui veut substituer la mosquée à la pensée. La pensée Kabyle avait produit dans un élan sans précédent, la grande plateforme dans laquelle il a été dit, clairement « NON à l’arabe islamique comme fatalité! Solidarité aux chrétiens !
    Toute la kabylie devrait boycotter les  » élections « !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici