Marche populaire à Tuviret : Plaidoyer pour la prise en charge de Tamazight

5
390

TUVIRET (Tamurt) – « Nous avons choisi, le 10 décembre, journée qui coïncide avec le 64ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH), pour affirmer que l’apprentissage de la langue amazighe n’est qu’un droit parmi les autres droits universels », nous déclare sur place, l’un des organisateurs de la marche dont le coup d’envoi de cette manifestation qui a sillonnée les ruelles de Tuvirett, a été donné depuis l’université Muhend Ulhadj.

Selon les organisateurs, la revendication principale était la généralisation l’enseignement de la langue amazighe et son enracinement dans le système éducatif. « La levée immédiate du caractère facultatif de Tamazight demeure une exigence irrévocable », selon l’un des responsables du comité national autonome pour l’enseignement de la langue amazighe (CNAELA), qui rajoute, qu »’il est nécessaire d’abolir ce fameux formulaire envoyé aux parents d’élèves, les invitant à retirer leurs enfants des classes de l’enseignement de la langue amazighe ».

Durant la manifestation, des slogans hostiles au pouvoir ont été scandés, à l’image du slogan « Pouvoir Assassin » répété plusieurs fois. On pouvait entendre aussi « Corriger l’histoire, l’Algérie n’est pas arabe », ou bien « Azul Fellawen, Tuvirett Imazighen » et même des slogans en faveur de l’autonomie de la Kabylie ont été entendus de l’intérieur de la foule ! Ainsi le slogan « Kabylie Autonome » a été répété à plusieurs reprises.

La première destination des manifestants a été le siège de la wilaya de Tuvirett, où une délégation a été formée pour s’entretenir avec les responsables locaux. Bien qu’une prise de parole ait été entamée sur place, le président du Mouvement Pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK), M. Bouaziz Ait-Chebib, est venu apporter une mise au point. Il a clarifié que le statut de langue nationale de Tamazight n’a pas été accordé par quiconque, mais il a été arraché grâce aux multiples sacrifices et au sang versé par nos jeunes. Cette mise au point n’a pas été du goût de certains militants politiques présents sur place.

La deuxième destination de la manifestation était le siège de la direction de l’éducation de Tuvirett, un étudiant nous explique que les diplômes délivrés par l’université, ne sont pas reconnus par la fonction publique, ce qui constitue, selon notre interlocuteur un véritable déni.

{{Le soutien indéfectible du MAK}}

Lors de la marche, il a été constaté une la participation d’une importante délégation du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) venue apporter son soutien aux revendications des manifestants. La délégation du MAK, conduite par son président M. Bouaziz Ait-Chebib, été accompagné du président du conseil universitaire de Tizi-Wezzu, M. Oukaci Samir, ainsi que de M. Salim Bachouche, responsable local au niveau du conseil régional de Tuvirett. Il faut dire que les militants du MAK, étaient présents en force durant l’événement.

Interrogé par Tamurt.info, le président du MAK, M. Bouaziz Ait-Chebib, a rappelé le soutien de son mouvement aux revendications légitimes portées par les manifestants. Il a tout de même rappelé qu’il est nécessaire, pour garantir à notre langue un enseignement et un apprentissage de qualité, l’avènement de l’État Kabyle, seule solution pour son développement et sa promotion ».

Aziz Ait-Amirouche pour Tamurt

5 Commentaires

  1. RÉHABILITATION IDENTITAIRE

    1) Cérémonie officielle de recueillement au mausolée n Ukherruv (khroub).
    2) Institution du 20 avril comme journée nationale de l’amazighitée.
    3) Consécration du 1er yennayer comme jour férié et chômé et payé.
    4) Eriger place des Martyrs, une statue à l’effigie de la Kahina.
    5) Consacrer le chant Ekker a mmi-s umazigh comme chant patriotique national a faire apprendre aux élevés.
    6) Introduire tamazight dans les messages adressées à la Nation par le chef de l’État.
    7) Baptiser les institutions publiques du nom de grandes figures nationales en commençant par l’Université d’Alger au nom de Mouloud Mammeri et celle de Constantine au nom de Massinissa.

  2. Adabu n Lânjirie amhersan (envahisseur), d amesbaṭli aḥeqqar, igguma tutlayt nneɣ illan d taneṣlit di Tmazɣa uqbel talalit n uzlag n tiɣyulit taεrabt i d-iwerden seg usammer.
    Nutni ug°in-aɣ, nekni ad ten-nag°i ; ug°in-aɣ cwiṭ, ad ten-nag°i aṭas.

    Nek s yiman-iw, ad d-summreɣ « Asbeddi n yiwen wass WAR TAMSIRT TAARABT deg yiɣsuren n uselmed s umata ; seg uɣerbaz amenzu ar tesdawit ».

    Ma proposition :  » Fixer une Journée sans cours de langue arabe dans des établissements du primaire jusqu’à l’université  »

    Ahmed

  3. La marche a été organisé par des étudiants du département de langue et culture Amazighes de l’université de Bouira ainsi que par des étudiants d’autres département de la même université, et des enseignants de Tamazight,c’était une marche faite par des étudiants, on était tous contre toute infiltration politique de n’importe quel parti politique soit -il ! Ni le MAK, ni le RCD, ni le FFS, … n’ont étés invités ! Et les étudiants n’ont laissé a aucun homme politique prendre la parole ! Le président du mouvement du MAK Bouaziz Ait-Chebib, n’est venu apporté aucune mise au point, car on ne l’a pas laisser faire ! Donc ce qui est dit donc cet article est faut ! Corrigez votre article !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici