Tizi-Ouzou : Les anciens gardes communaux ont marché

3
324
gardes-ommunaux
gardes communaux

TIZI-OUZOU (Tamurt) – La colère ne cesse de gagner d’autres secteurs et d’autres corps d’activité, un peu partout dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Hier, c’était au tour des anciens gardes communaux, appelés à la rescousse pour combattre le terrorisme aveugle durant les années dites rouges, qui observé deux actions de protestation au chef-lieu de la wilaya.

En plus d’une marche ayant drainé des dizaines de participants, ces derniers ont observé un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya. La marche en question a démarré à 10h 30 devant l’entrée principale du stade du 1er novembre 1954 avant de s’ébranler de la Rue Lamali vers le Boulevard Moh Said Ouzeffoun et d’aboutir enfin au portail du siège de la wilaya.  Ces actions de protestation ont eu lieu à l’appel de l’Organisation nationale des Gardes communaux, rappelle-t-on.  En plus de la création d’un observatoire national pour la défense de la mémoire et les droits des gardes communaux, les concernés revendiquent « la réintégration des gardes écartés injustement, l’attribution des indemnités, le payement des heures supplémentaires, l’octroi des primes de risque, l’augmentation des pensions des retraités (40 000 dinars minimum), et de bénéficier des consultations médicales gratuites dans les hôpitaux militaires ». Malgré le fait qu’ils ont participé activement à la lutte anti-terroriste, surtout durant les années quatre-vingt-dix, les gardes communaux ont été vite jetés en pâture par l’Etat algérien qui semble ne plus en avoir besoin. Les gardes communaux ont dû affronter l’humiliation depuis qu’ils ont été éconduits par le pouvoir.

En dépit des multiples tentatives d’arracher leurs droits les plus élémentaires, les autorités concernées ne leur tendent jamais d’oreille attentive. Le pouvoir semble avoir d’autres chats à fouetter. L’ingratitude ne surprend plus dans un pays qui n’a pas hésité à jeter en prison ses cadres les plus brillants au milieu des années quatre-vingt-dix malgré leur innocence. Il n’y a donc rien de surprenant de la part d’un tel pouvoir qui promeut les incompétents et les médiocres et qui chasse les lumières et les surdoués.

Lyès Medrati 

3 Commentaires

  1. Ce que je comprend pas , pourquoi dès les début accepter d’êtres sans statut payer par l’argent de sa commune qui revient aux citoyens de sa commune ils le savent voire les déclarations de l’époque des partis , on les appellent les milices des chaires aux canons des gendarmes n’est-ce pas , des Harkis du système ils surveillent des indicateurs ils chassent les démocrates pas plus , ils ont jamais capturer un terroriste et qu’on on veut faire croire au monde que la Kabylie est terroristes le système sacrifie quelques un comme des moutons , vous êtes dans la poubelle de l’histoire .

  2. Puisque la marche est sous l’égide de l’association nationale des gardes communaux pourquoi ne se déroule t elle pas a Alger ??? ? ils ont peur de perturber la quiétude du roi (Bouteflika) qu’ils sont soutenus pour son 4e mandat Demander 40.000 dinars pour 5 ans de mercenariat et se soigner dans des hôpitaux autres que ceux destinés a la pègre comme nous voila qui est claire , alors que ceux qui ont trimés toute leur vie au travail perçoivent 25 000 dinars par mois et crèvent dans des hôpitaux comme celui d’Azazga .Ces gens là sont de mèche avec le pouvoir pour paralyser avec des marches le peu d’activité qui existe dans le département de Tizi ouzou et de Vgayet .

  3. azul;
    La photo de l’article ne cadre pas avec le sujet ou plutôt elle n’est pas celle des sujets en question parce que les têtes des manifestants n’ont strictement rien de kabyle.
    Vous pouvez leur souffler à l’oreille de faire comme Boutef, c’est a dire de venir se faire soigner à l’hôpital militaire du Val de Grace et aussi de revendiquer la carte d’ancien moudjahid puisque les terroristes ont eu droit à des indemnités mirobolantes de cessation d’activité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici