Elections municipales demain, jeudi : Le plus faible taux de participation sera encore en Kabylie

0
447
élections municipales

KABYLIE (Tamurt) – Demain, jeudi 23 novembre, c’est le jour de la tenue des élections municipales en Algérie. L’Etat algérien, et en dépit de la crise et des mesures d’austérité, a pourtant déployé tous les moyens humains et financiers nécessaires pour la réussite de ce rendez-vous électoral. Surtout, que selon les représentants du pouvoir, il s’agira d’une première halte décisive avant la tenue des élections présidentielles de 2019.

Malgré la mobilisation de tous les médias algériens (qui sont de mèche avec le Pouvoir) et des relais des décideurs algériens, à tous les niveaux, la campagne électorale, qui s’est achevée dimanche dernier à minuit, a été la plus morose dans l’histoire des élections algériennes. Particulièrement en Kabylie. En effet, à chaque rencontre électorale, meeting ou rencontre de proximité, les candidats de tous les partis politiques et les indépendants aux APC ou à l’APW se sont retrouvés seuls, face à eux-mêmes et à leurs accompagnateurs. Tous les sièges des permanences électorales sont désespérément vite tous les jours, du matin ou soir. Les jeunes qui y assurent la permanence s’y ennuient à mourir tout au long de ces journées interminables, avons-nous constaté à maintes reprises. Il s’agit là d’un véritable avant-goût de l’ambiance qui va prévaloir ce jeudi 23 novembre dans tous les bureaux de vote de la Kabylie.

En effet, et à l’instar des élections précédentes, notamment celles du 4 mai dernier pour le renouvellement des sièges de l’Assemblée Populaire Nationale, il faut s’attendre encore, cette fois-ci, à ce que le record en matière de taux d’abstention soit battu bien entendu par la région de Kabylie. En Kabylie, la population, dans sa quasi-totalité, n’accorde aucun crédit à ces élections mais aussi à tous les partis politiques qui s’agitent uniquement la veille des élections, dans le but de se remplir les poches durant les cinq années à suivre. Ça, la majorité des citoyens le savent désormais.

Tahar Khellaf    

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici