L’acharnement judiciaire contre le militant kabyle Sofiane Babaci continue

0
1402
Sofiane Babaci
Sofiane Babaci

ALGER (TAMURT) – Libéré le 13 septembre 2022, après avoir purgé sa peine de deux ans de prison ferme, le militant indépendantiste kabyle Sofiane Babaci fait toujours l’objet de harcèlement judiciaire de la part du régime algérien. Ce dimanche 12 février, il a été entendu par le juge d’instruction du pôle spécial près le tribunal de Sidi M’hamed (Alger).

« Je me suis projeté dans une cause digne et noble, toujours muni de la sagesse et du pacifisme ». Ce sont là les propos que Sofiane Babaci a écrit quelques jours après sa sortie de la prison algérienne de Koléa (Tipaza). Il a été arbitrairement emprisonné deux ans à cause de ses convictions politiques et son combat pacifique pour une Kabylie libre. Trois mois après sa libération, il a été placé sous contrôle judiciaire le 14 décembre 2022 par un juge d’instruction du pôle spécial du tribunal Sidi M’hamed. Il est poursuivi pour des accusations de terrorisme liées à l’article 87 bis du code pénal algérien. Pourtant, Sofiane Babaci a toujours clamé que son militantisme est « dépourvu du racisme, de violence et d’extrémisme ». « Je lutte contre ça d’ailleurs. Je veux que j’existe comme je suis, tout simplement », a-t-il affirmé dans l’une de ses déclarations.

Originaire du département kabyle de Boumerdes, Sofiane Babaci devrait comparaitre de nouveau devant la justice algérienne inféodée à la junte militaire pour répondre à des accusations fallacieuses en lien avec le terrorisme. Or, pour le moment, c’est le régime colonial algérien qui continue de terroriser le peuple kabyle via des arrestations arbitraires, des intimidations et des détentions abusives, s’inscrivant dans le cadre de son projet diabolique ‘’zéro kabyle’’.

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici