Le CMA désavoue l’« usurpateur» Khalid Zerrari et défend Ferhat Mehenni

0
2672
Appel du CMA

TAMAZGHA (TAMURT) – Alors qu’il a brillé par son silence assourdissant face à la répression féroce que le peuple kabyle subit de la part du régime colonial algérien depuis plus de trois ans et s’est abstenu de manifester son soutien à Kamira Nait Sid lorsqu’elle a été kidnappée par les services secrets algériens et emprisonnée, Khalid Zerrari, un amazigh du Maroc, et ex co-président du CMA, s’est honteusement attaqué à Ferhat Mehenni, en condamnant dans un communiqué son intervention faite à l’ONU le 19 avril 2024. Pourtant, le président du MAK-Anavad « a dénoncé les violations des droits de l’homme en Kabylie et l’incarcération arbitraire de Kamira Nait Sid, comme tout Kabyle et Amazigh digne devrait le faire », a précisé le Congrès Mondial Amazigh dans un communiqué intitulé «Mise en garde contre usurpation de titre ».

L’avancement de la cause kabyle et les exploits retentissants de la diplomatie kabyle semblent déranger Khalid Zerrari. Celui-ci, bien que démissionnaire du CMA depuis plus de 2 ans, il a récemment publié un communiqué au nom de cette ONG pour s’attaquer à Ferhat Mehenni. « Le Bureau du Congrès Mondial Amazigh (CMA) informe l’ensemble de ses membres ainsi que ses partenaires et l’opinion publique, que Khalid Zerrari, ex-coprésident du CMA, est démissionnaire du CMA depuis le 1er septembre 2021 et de ce fait il ne fait plus partie des effectifs du CMA depuis cette date. Le Bureau du CMA a pris acte de sa démission et le lui a fait savoir par courrier », lit-on dans un communiqué signé par Rabah Issadi, Vice-Président du CMA, en date du 1er mai 2024. Ce même communiqué indique que Khalid Zerrari a dès 2019 choisi « de servir un parti politique marocain, le Rassemblement National des Indépendants (RNI) ». Il a même, selon ladite source, « participé activement à la campagne électorale de ce parti, présidé par Aziz Akhennouch, à qui il a promis via un ancien membre du CF du CMA, que ‘’le mouvement amazigh du Maroc et le Congrès Mondial Amazigh vont travailler la main dans la main avec M. Akhenouch‘’». En outre, l’ONG amazighe souligne dans son communiqué signé par son Vice-Président que « M. Zerrari s’est perdu dans les couloirs du pouvoir marocain sans aucun contact avec ses anciens collègues du CMA » depuis que le chef de ce parti est devenu Premier Ministre du gouvernement marocain.

Qui manipule M. Zerrari ?

Par ailleurs, le CMA rappelle que Khalid Zerrari s’est illustré par son silence total lorsque Kamira Nait Sid a été interpellée et placée en détention et par conséquent il n’est nullement mieux placer pour livrer des leçons de solidarité ou d’indépendance. « (…) Même lorsque notre collègue Kamira Nait Sid, coprésidente du CMA, a été arrêtée le 24 août 2021 puis incarcérée en Algérie, M. Zerrari est resté absolument silencieux, sans même avoir publié le moindre message de soutien à son ancienne collègue en prison depuis bientôt trois ans! », déplore-t-on dans le communiqué du CMA. Ce silence est même qualifié de trahison. « Ce n’est pas seulement un manque de solidarité, c’est une trahison envers les valeurs humaines chères aux Amazighs. Et aujourd’hui, il est pour le moins affligeant que Monsieur Zerrari ose publier un communiqué pour nous donner des leçons de fraternité et d’indépendance. Mais d’après nos informations, M. Zerrari ne s’est pas rappelé tout seul et spontanément l’existence du CMA, il a été manipulé par des personnages aux desseins obscurs sur lesquels nous reviendrons », affirme le communiqué du CMA signé par Rabah Issadi.

Confusion et mensonge

M. Zerrari, d’après le communiqué du CMA, confond entre deux organes onusiens, ce qui dénote de sa non compréhension des mécanismes dédiés aux droits des peuples autochtones. « (…) Il est dans la confusion totale car il mentionne dans le titre (communiqué de M. Zerrari, NDLR), des ‘’déclarations faites dans le cadre de la 23ème session des Nations Unies dédiée au MEDPA, à New-York, le 19 avril 2024‘’, alors que le MEDPA (Mécanise d’Experts de l’ONU sur les droits des Peuples Autochtones) ne se réunit jamais à New-York mais toujours à Genève et c’est un organe de l’ONU différent du Forum Permanent des Nations Unies sur les questions autochtones qui se réunit à New-York », a-t-on relevé. Et d’enchainer : «C’est une des preuves que Monsieur Zerrari qui a exercé pourtant deux mandats de Vice-Président du CMA et presque un mandat de coprésident, n’a jamais rien compris aux organes de l’ONU dédiés aux droits des peuples autochtones, ni à ceux dédiés à la protection des droits humains en général. » En plus de sa confusion, M. Zerrari est accusé de mensonge. En effet, il associe dans ‘’son‘’ communiqué Kamira Nait Sid, comme s’il l’avait consultée, alors que cette dernière croupit toujours dans une prison algérienne. « M. Zerrari ‘’condamne‘’ l’intervention de Ferhat Mehenni, Président du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), faite à l’ONU le 19 avril 2024, alors que celui-ci a dénoncé les violations des droits de l’homme en Kabylie et l’incarcération arbitraire de Kamira Nait Sid, comme tout Kabyle et Amazigh digne devrait le faire. A quel titre M. Zerrari veut interdire à Ferhat Mehenni ou à quiconque d’évoquer la situation de Kamira Nait Sid, lui qui n’a pas fait le moindre geste de solidarité envers elle ? Va-t-il écrire aussi à Amnesty International, à Human Rights Defenders et à d’autres ONG pour leur demander de ne plus parler de Kamira Nait Sid? Et faisant usage de faux, il ose écrire «nous, coprésident et coprésidente…», alors qu’il n’est plus coprésident et qu’il n’a reçu aucun accord de Kamira Nait Sid, qui est à notre connaissance toujours emprisonnée. Dans ces circonstances, s’il y a quelqu’un qui devrait avoir la décence de se taire, c’est bien M. Zerrari », a expliqué le communiqué du CMA. Les agissements de M. Zerrari ont été dénoncés par de nombreux internautes kabyles. « En plus des mensonges et de la bassesse, vous rajoutez faux et usage de faux !! Vous n’êtes plus coprésident, alors comment vous osez ainsi mentir en signant du nom du « coprésident » », s’est indignée une internaute kabyle.

Ferhat Mehenni s’est exprimé à l’ONU au nom du MAK

L’autre point clarifié par le CMA est que le président du MAK a parlé lors de la 23ème session du Forum Permanent des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones au nom de son mouvement politique et non au nom du CMA. « Le CMA a permis à Ferhat Mehenni de s’exprimer à l’ONU au nom de son organisation et non au nom du CMA, comme tente de le faire croire malhonnêtement M. Zerrari. Le fait que M. Mehenni ait utilisé l’expression «notre ONG» au sujet du CMA, est juste une manière de dire que le CMA est l’ONG de tous les Amazighs, qu’ils soient Kabyles, Chawis, At-Mzab, Kel-Tamasheq, etc. », a clarifié le CMA dans son communiqué. Pourtant, assure le même document, Ferhat Mehenni était invité à plusieurs reprises au congrès du CMA, et même au Maroc. « Ceux qui s’offusquent du fait que le CMA ait donné la parole au MAK, ont choisi de se ranger du côté du pouvoir algérien qui réprime implacablement les Kabyles, qu’ils soient membres du MAK ou pas. Et ils n’ont rien dit lorsque le CMA a invité le Président du MAK à son congrès de Meknès en 2008 et à son congrès d’Agadir en 2015. Au contraire, ils se pressaient pour prendre des photos avec lui. Monsieur Zerrari lui-même, venu en Kabylie pour participer à une réunion du CMA en 2013, était fier de s’afficher aux côtés des dirigeants du MAK lors de la traditionnelle marche de Tafsut Imazighen le 20 avril 2013 à Tizi-Wezzu, avant d’être arrêté puis expulsé vers le Maroc le lendemain », a-t-on rappelé.

Soutenir le MAK : un choix naturel

Dans un autre chapitre, le CMA a rappelé qu’en sa qualité d’ONG internationale de protection et de promotion des droits individuels et collectifs des Amazighs, « a toujours soutenu naturellement les mouvements Amazighs dans leur lutte légitime pour leurs droits, leur dignité et leur liberté, comme le Mouvement autonomiste Chawi (MAC), le mouvement autonomiste Mzab (MAM) et le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), à qui il a ouvert les portes du Parlement Européen en 2013-2014 ». Aussi, le CMA souligne qu’il se met avec fierté au service de la Cause amazighe pour « aider les Amazighs à défendre leurs droits et à gagner leur émancipation, partout où ils vivent et quel que soit leur mode d’organisation. » Il s’agit là donc d’un choix tout à fait naturel, assure cette ONG.  « Coopérer avec des mouvements Amazighs et les soutenir dans la quête de leurs droits légitimes est un choix naturel que le CMA a fait depuis longtemps, tout en veillant à préserver sa neutralité politique et son indépendance », a-t-on affirmé. Bien sûr, la presse algérienne inféodée à la junte militaire, qui a largement relayé le communiqué de l’usurpateur Khalid Zerrari, a complètement ignoré la mise en garde du Congrès Mondial Amazigh.

Lyes B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici