Pour avoir arabisé l’oeuvre le Mouloud Feraoun : El Hadi Ould Ali hué hier après-midi au théâtre régional de Tizi-Ouzou

0
399
Théâtre régional de Tizi Wezzu

CULTURE (Tamurt) – A la surprise générale, les comédiens habillés suivant un déguisement typique à la Kabylie, burnous et robes se sont exprimés en arabe ! En réaction à cette atteinte à la mémoire de l’écrivain, dont l’œuvre est jouée pour la première fois sur scène, des voix dans le public se sont levées pour crier et dénoncer la perversion de l’oeuvre de Feraoun. « Pourquoi la pièce est en arabe », ont crié, indignées, des voix dans le public.

Un procédé qui confirme une fois de plus la volonté du pouvoir algérien de porter atteinte à la langue et la culture amazigh en commençant par porter préjudice aux œuvre écrites par des monuments de notre culture.

Feraoun méritait bien un hommage, mais pas de cette façon. Ils viennent de tuer une fois de plus l’écrivain, en présence de son fils Ali. Un fils qui est loin d’être le Fouroulou décrit par son père. Il est devenu depuis quelques temps un des pions du département de Khalida Toumi à Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou).

De nombreuses personnes dans la salle, qui n’ont pas pu supporter ce qu’ils qualifient de « connerie » ont tout simplement quitté le lieu, avec amertume bien sûr. Le directeur de la culture de Tizi-Ouzou, El Hadi Ould Ali, a été hué et insulté par le public, composé essentiellement d’étudiants.

A la fin de la séance, El Hadi Ould Ali, directeur de la maison de la culture et missionnaire distingué, tout en faisant les éloges de Madame la ministre, s’est adressé directement à l’assistance et à ceux qui l’accusaient d’anti-kabyle pour leur annoncer la production prochaine d’un autre spectacle en arabe par le théâtre de Tizi-Ouzou. Une œuvre Ben Guettaf, actuel directeur du théâtre national d’Alger.

Mohand T

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici