Prison de Koléa : La santé de la détenue kabyle Kamira Nait Sid en danger

2
2144
Kamira Nait Sid
Kamira Nait Sid

ALGERIE (TAMURT) – Me Ahmine Noureddine, l’un des avocats de la détenue kabyle Kamira Nait Sid, vient d’alerter via un communiqué laconique sur la détérioration de l’état de santé de sa cliente. Les conditions inhumaines et cruelles de sa détention mettent sa vie en danger. Par-dessus tout, la justice algérienne tarde à programmer le procès en appel de la coprésidente du Congrès Mondial Amazigh. Une autre manière de la punir pour ses convictions politiques et son militantisme, pourtant pacifique, en faveur de la Kabylie.

« J’ai rendu visite le mercredi 26/04/2023, au niveau de la prison de Koléa, à la détenue d’opinion Kamira Nait Sid. Lors de cette visite, nous avons bien sûr discuté de son état de santé et les conditions de détention. De ce fait, il est aberrant de dire qu’elle va bien dans les deux cas. Pour ce qui est de sa santé, le fait qu’elle est végétarienne et avec une alimentation de la prison peu favorable, cela n’a fait qu’augmenter et accentuer son allergie », a souligné Me Ahmine Noureddine, membre du collectif des avocats de défense de la détenue kabyle Kamira Nait Sid. S’exprimant sur le même sujet, Me Meriem Chekirine a annoncé que la coprésidente du Congrès Mondial Amazigh est « très souffrante par ses maladies chroniques », tout en précisant qu’«elle a trop mal aux articulations, très fatiguée par l’allergie saisonnière et par une sinusite ».

Toutefois, ce qui révolte le plus la détenue kabyle est le report interminable de son procès en appel. Elle a été condamnée en première instance par le tribunal criminel de Dar El Beida (Alger) à 05 ans de prison ferme. « (…) La raison qui a provoqué en elle une vraie colère et une incompréhension totale, n’est autre que le fait de ne pas programmer son dossier en appel au cours de cette session criminelle », s’est indigné Me Ahmine. Celui-ci affirme que des affaires passées bien après celle de Kamira Nait Sid ont fait l’objet d’une programmation, alors que la date du procès en appel de sa cliente n’est pas encore fixée.

Pour rappel, Kamira a été enlevée par les services secrets algériens à son domicile sis à Draa-Ben-Khedda, près de Tizi Wezzu, le 24 août 2021. Elle a été gardée au secret pendant une semaine sans aucun contact avec sa famille ni avec ses avocats. Ces pratiques dignes de la gestapo sont en violation flagrante même de la loi algérienne, notamment le code de procédure pénale, et des conventions internationales ratifiées par l’Algérie.

Arezki Massi

2 Commentaires

  1. Une femme en prison pour ses idées, c’est tout sauf le signe de civilité des institutions. Quand bien même, elle serait condamnable, ce qui devrait être démontré, des peines alternatives sont souvent proposées dans les pays de droit.
    La prison comme « modulateur » des rapports de force politiques est le signe de rupture dans ce qui devrait être ce tissu connectif d’un peuple. La Kabylie compte le plus grand taux d’hommes politiques emprisonnés. Nous ne désolidarisons pas encore moins de renoncer à notre identité.
    Gloire aux hommes et femmes libres.

  2. Mon message s’adresse aux décideurs de la justice algérienne ceci est un rappel ( Libéré Kamira N’ait sid et tous les détenus d’opinions )

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici