Tamazight enseignée mais pas officielle en Libye

1
1626
Enseignement de tamazight en Libye
Enseignement de tamazight en Libye

LIBYE (TAMURT) – La langue tamazight est enseignée dans les régions berbérophone en Libye, notamment à Zouara et Adrar N’Foussa. La première promotion des étudiants formés en tamazight a commencé cette année l’enseignement de cette langue au niveau de tous les paliers scolaire. On peut dire que l’enseignement de tamazight évolue en Libye, mais il est loin d’être généralisé. Pour le caractère d’écriture, les Libyens ont opté pour le tifinagh.

Les Amazighs de Libye semblent très attachés à leur langue. Par contre, le statut de cette langue n’est pas encore décidé. Tamazight n’est pas officielle en Libye. Elle a un statut de langue étrangère. L’arabe est la seule langue officielle pour les autorités libyennes. Un sérieux problème et plusieurs régions de Libye comptent aller jusqu’à prendre les armes pour imposer tamazight comme langue nationale et officielle en Libye.

Le Haut Conseil à l’Amazighité est allé jusqu’à ne pas reconnaître tout Gouvernement qui refuse l’officialisation de la langue de Massinissa. Entre temps, des milliers d’élèves étudient la vraie langue des Libyens et comptent la promouvoir. C’est déjà un grand acquis pour nos frères Amazighs en Libye. Il est utile de rappeler que cette langue n’est pas enseignée dans les régions arabophones en Libye.

Idir Yatafen

1 COMMENTAIRE

  1. Une preuve que la « oumma » n’offrira jamais de rapport d’égalité entre les cultures. Bien au contraire, on vous utilise comme chair à canon des conquêtes de la oumma. Le parallèle au niveau international est frappant, tenez par exemple les Amazigh qui avec Tarik ben Ziad pour conquérir d’autres peuples, c’est aussi celui des Kurdes qui avaient donné Saladin. Les deux peuples aujourd’hui sont niés dans leur existence identitaire.
    Agir politiquement, c’est assumer le concept de rapports de force entre cultures, il n’a pas de partage équitable. Les kabyles qui croient encore en une cohabitation équitable entre État arabe et islamique avec la culture laïque Kabyle doivent simplement se rendre à l’évidence. C’est comme cette grenouille dans une casserole qui chauffe : au début, c’est supportable puis finira par l’épuisement et la cuisson…
    Vous n’avez pas besoin de vous arabiser pour être musulman, ni les Turcs ni les Indonésiens ou Iraniens ne le sont. Dites non à la dictature aujourd’hui. Les causes du manque de confiance entre Kabylie et régime remontent à 1963, avec le massacre étatique de la Kabylie, ce qui fut « halalisé » par les oulémas. Une rupture verticale entre des visions inconciliables. Après l’assassinat des plus algérianistes comme Krim Belkacem par boumediene, la thèse d’une unité en superposé- la kabylie comme serpillère- est révolue. Le régime lit dans le recours aux forces extérieures comme acte de « trahison ». C’est plus qu’unilatéral outre que faire juge et criminel. S’il y avait des hommes d’État et pas d’occupants du pouvoir, on se poserait la question nationale suivante : peut-on persévérer dans la négation de millions de Kabyles qui refusent de s’arabiser pour rentrer dans le moule de boumediene! Ou alors reconnaitre que leur désastre 60 ans durant les disqualifierait, quand bien même ils seraient issus d’une élection propre, or comme tous savent que le régime est toujours en rupture depuis 62 avec le peuple algérien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici