Un Colonel de l’ANP reconnait que l’ordre de brûler vient « d’en-haut »: L’Armée algérienne met le feu aux forêts de la Kabylie

13
707
Bouteflika chef de l'armée algerienne
Bouteflika chef de l'armée algerienne?

IGHIL ALI (Tamurt) – Il y a une semaine de cela, un petit groupe de militaires algériens a été surpris par les villageois de Tabounent dans la commune d’Ighil-Ali sur le point de déclencher un feu à la forêt se situant près de leur village. Devant la ferme opposition de ces braves et vaillants citoyens à la perpétration du crime, les militaires incendiaires sont retournés à leur casernement.

Le fait aurait pu se limiter à cette tentative. Hélas ! ce ne fut pas le cas. En effet, quelques heures plus tard un convoi militaire de pas moins de 12 camions s’achemina vers la forêt en question. Les habitants, impuissants devant ces hommes armés jusqu’aux dents et, surtout, nourris par la volonté « d’exécuter leur mission », ne purent empêcher l’acte criminel.

C’est ainsi qu’arbres, plusieurs fois centenaires, vergers composés d’oliviers, figuiers et autres arbres fruitiers furent entièrement ravagés par les flammes sous le regard impuissant des villageois.

Les habitants du village de Vouni, dans la même commune (Ighil-Ali), ont vécu le même désastre. Seul le village de Zina a échappé un tant soit peu à la folie destructrice du pouvoir criminel d’Alger, et ce grâce à la mise sur pied d’un comité de surveillance permanente.

D’ailleurs, les vigiles en faction disent avoir identifié deux voitures dont leurs occupants, des militaires en civil, avaient pour mission de repérer des vergers et forêts susceptibles d’être offertes aux flammes destructrices. L’une de ces voitures était immatriculée dans la wilaya de Bordj-Bou-Arraredj et l’autre dans la wilaya d’Alger.

Excédés par ces actes criminels, les citoyens d’Ighil-Ali ont décidé de voir leur maire. Celui-ci a finit par accepter de les recevoir, après avoir essayé de les fuir. Il leur a tout simplement avoué son impuissance à faire quoi que ce soit contre les agissements de ces militaires.

En ce qui les concerne, les habitants du village d’El-Kelaâ sont allés voir carrément l’officier commandant le cantonnement. L’homme a le grade de capitaine. Après avoir écouté leurs doléances, l’officier leur avoua que l’ordre de brûler les forêts et vergers était venu d’ « en-haut ». autrement dit des hautes sphères de l’armée algérienne.

Conscients de cette flagrante impuissance des administrateurs civils, les citoyens d’Ighil-Ali ont décidé de réagir pour se protéger eux-mêmes contre les criminels venus d’ailleurs pour les appauvrir et les déshonorer. Et pour ce faire, ils ont déjà prévu le lancement d’une pétition afin d’arrêter les mesures jugées nécessaires comme ripostes adéquates à l’agression.

Par Said Tissegouine

13 Commentaires

  1. .Et pourtant !!.. il y’a tend de moyens de combattre le terrorisme sans commettre des actes aussi condamnables que ceux commis par les terroristes, des actes que meme l’armée française ne c’est pas risquée a commettre, et pourtant l’état a bien les moyens de cadrier le pays, des milliers de policiers, des moyens technologiques énormes pour contrôler la toile internet, ou bien cela ne s’adresse seulement au simple citoyen. Personnellement je confirme que c’est bien l’armée qui brule des forets, ayant personnellement travaillé a Sonelgaz, dans une filiale chargé de bâtir et réparer les grands ouvrages électriques et lignes hautes tensions, ils nous été permis de voir les militaires bruler des forets magnifiques devant nous. Quand vous pensez que dans les pays européens, ou au Canada, que je connais bien, pour abattre un arbre devant chez vous , il faut une autorisation de la commune, et âpres enquête, et pourtant ce n’est pas les arbres qui manque dans ces pays…. Mais a avoir notre, pays, par vue aérienne, transformé, en bidonville de conteneurs superposés de briques a perte de vue, et de vastes chants de poussière, on peut aisément deviner le niveau culturel et le degré de nationalisme de nos chers dirigeants, de quoi est fait leurs imaginaire, alors la, de parler de la catastrophe écologique qui se dessine dans notre pays et pour les générations a venir, c’est une autre histoire
    Par ailleur,pour conclusion, seule une autonomie définitive de la région, pourrait la mettre a l’abri de ce genre d’agissement, et permettre une fois pour de bon, a Tamazight de s’épanouir et de permettre a cette culture de faire valoir les valeurs qu’elle porte.

  2. azul

    la kabylie n’a rien à attendre de l’algerie des terroristes et des baathistes et des arabistes.
    l’algerie officielle et officieuse est derriere l’organisation d’el qaida au maghreb. le pouvoir terroriste
    ne peut pas vivre dans la clarté,ils aiment le trouble pour cacher leur strategie exterminatrice des peuples d’afrique du nord. ils sont anti kabyles,anti chaoui,anti toueregs ,anti-mzab et anti humain.

  3. Mes freres il n’y a pas d’autre choix quecelui d’expliquer cela a l’opinion publique, et de construire un reseau d’import de moyens de se defendre, et de mettre tout ca au compte des erros, comme ils le font eux-meme d’ailleurs.

  4. tant que la Kabylie n’ira pas «au clash» comme un seul homme ces agissements ne cesseront pas.

    -pour chaque figuier détruit = une mosquée réduite en cendres !
    -pour chaque olivier brûlé = une école coranique en miettes !
    -pour chaque départ de feu de forêt = une zaouïa explosée !

    seule la confrontation paiera. le pacifisme ne mènera à rien face à la sauvagerie innée des islamo-algériens ! ce sont des tueurs et des égorgeurs !

    et c’est justement le jour que choisit le torche-cul salafiste « l’expression » pour relater à sa manière « l’opération jumelle »… ha ha ha ! quel con ! il oublie juste de dire la vérité sur ce fameux « plan Challe » :

    de Gaulle était pressé d’en finir avec cette algérie dont il n’a jamais voulu et en venir « aux accords d’Evian ». la condition de de Gaule était « un cessez-le-feu » d’abord. Pour un militaire de sa trempe « on ne négocie jamais sous le feu », {«on ne peut pas tant que ça zigouille»} disait-il à ses amis du FLN.

    la décision de «{{ {{ {détruire l’ALN} }} }}» a été prise, à Paris, par de Gaule et le FLN : réussite totale ! russes et américains (parties prenantes dans l’affaire) ont regardé tout ça en se croisant les bras…

    « les accords furent signés », « indépendance proclamée » : « l’armée des frontière » s’empare d’alger et commence ses tueries qui se perpétuent encore à ce jour !

  5. Que les colons arabo-islamo-terroristes du regime colonial arabo-islamo-nazi d’Alger qui ont programme l’extermination du peuple kabyle et de tous les peuples amazighs du territoire amazigh l’Algerie aillent bruler en enfer! Amen!

  6. {{Aït Yahia Moussa : Des dizaines d’oliviers ravagés par le feu à Tafoughalt}}

    1 Aout 2010

    Le premier feu de forêts s’est déclaré avant-hier aux environs de midi dans des buissons tout près des oliveraies à Tafoughalt. En effet, les flammes se sont vite propagées vers les oliviers après avoir pris dans des sous-bois et des herbes sèches. Les citoyens et le maire ont alerté les sapeurs-pompiers de la protection civile de Draâ El-Mizan et les services des forêts de la même daïra. Il faudra noter aussi la participation des habitants du village à l’extinction des feux qui ont commencé à ravager les oliviers. Au moins quatre hectares de sous-bois ont été réduits en cendres, alors que des dizaines d’oliviers ont été la proie des flammes. Heureusement, certains oléiculteurs avaient déjà procédé au défrichement de tout ce qui constitue comme danger à leurs oliveraies. Jusqu’à présent, il faut dire que le nombre d’incendies a nettement baissé par rapport aux années précédentes. Mais, la vigilance reste de mise, car ce n’est pas encore la fin de l’été. La prévention a peut-être joué son rôle, déjà, l’appel aux pompiers dès l’apparition des premières fumées, constitue un geste à encourager. Car, c’est celui-ci qui peut tout sauver. En tout cas, les sapeurs-pompiers ainsi que les services des forêts n’ont pas tardé à arriver sur les lieux et prendre déjà les premières mesures afin d’éviter la propagation des flammes. Il y a lieu de noter qu’il est plus qu’indispensable d’intensifier l’ouverture des pistes agricoles en vue de permettre aux engins des sapeurs-pompiers d’arriver jusqu’aux flammes. Dans l’après-midi, ce feu a été maîtrisé et il ne restait que quelques fumées venant des troncs d’arbres touchés. Le pire a été tout de même évité, quand on sait que les centaines d’oliviers ayant repoussé après les incendies de l’été 2008 n’ont pas été touchés.

    Amar Ouramdan

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici