Université de Vgayet : Colloque sur « l’œuvre plurielle » de l’artiste kabyle Djamel Allam

0
1677
Djamel Allam, chanteur kabyle
Djamel Allam, chanteur kabyle

KABYLIE (TAMURT) – « Djamel Allam, une œuvre plurielle à interroger » est le thème d’un colloque qu’abritera, les 12 et 13 septembre prochain, le centre de recherche en langue et culture amazighes (CRLCA), rattaché à l’université de Vgayet. L’intérêt scientifique de ce colloque, selon les organisateurs, se portera, entre autres, « sur l’association entre l’âme traditionnelle kabyle et les influences anglo-saxonnes, les accents de folk, jazz et pop, et les sonorités chaâbi et raï » dans l’œuvre de l’auteur et interprète de ‘’Mara D yuɣal’’ (quand il reviendra).

Lorsque Djamel Allam est décédé le 15 septembre 2018, le chanteur Ait Menguellet dira que l’artiste a laissé « un legs qui parlera de lui ». Ce legs artistique, qui renferme une douzaine d’albums, sera analysé à l’occasion d’un colloque scientifique, qui se tiendra les 12 et 13 septembre, au CRLCA. Selon les organisateurs de cet évènement, il s’agit dans ce colloque de « s’intéresser à l’artiste qui a fait du multilinguisme un atout ». Djamel Allam figure parmi les artistes, dont Idir, qui ont apporté un souffle nouveau à la chanson kabyle en particulier, et amazighe d’une façon générale, « avec de nouveaux styles empreints de modernité et qui l’ont conduite vers l’universalité », affirme le comité organisateur. Lors de ce 1er colloque consacré à l’artiste et à son œuvre, les intervenants soumettront à l’analyse musicologique le style de Djamel Allam « pour explorer les particularités du brassage interculturel et inter-musical. » Par ailleurs, les chercheurs universitaires s’intéresseront aussi à la dimension sociologique de l’œuvre artistique de l’interprète du célèbre ‘’Ur-tsru’’ (ne pleure pas). « L’œuvre de Djamel Allam, comme toute œuvre musicale multidimensionnelle, est accessible à une recherche pluridisciplinaire qui inclut, outre la musicologie, la littérature et la sociologie, les approches ethnomusicologique, didactique, linguistique, sociolinguistique, sémio-linguistique, socio-didactique. La recherche n’exclut pas la performance sur scène de l’artiste, comme un éventuel autre niveau de création », ont encore expliqué les organisateurs.

Les autres facettes de l’artiste, enfant de Vgayet, en Kabylie, seront interrogées lors de ce colloque. En effet, celui dont les chansons « sont des scénarios de courts-métrages », d’après le réalisateur et cinéaste kabyle Abderahmane Bouguermouh, avait également investi le monde du cinéma. Djamel Allam s’est fait une place « devant et derrière la caméra. » Il a signé plusieurs musiques de films, ce qui constitue un champ pour l’analyse musicologique. Ses rôles aussi dans une douzaine de films feront l’objet d’une étude « actorale ». Dans la même optique, son court métrage, Banc public, « se propose pour la critique cinématographique », ont souligné les organisateurs.

Par conséquent, il est également objet d’analyse « ce que son œuvre offre comme espaces de dialogue entre la chanson, le cinéma, la littérature et d’autres arts. » Ce dialogue entre les différents arts devrait parler aux chercheurs.

Lyes B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici