samedi, août 13, 2022

Monthly Archives: Juillet, 2010

Ihamziyen (Illoula Oumalou) : 1 ère Edition du Festival de la robe kabyle

CULTURE (Tamurt) - L'association culturelle Tagmat, en collaboration avec le comité de village d'Ihamziène, dans la commune d'Illoula Oumalou (Tizi-Ouzou), organise la première édition du festival de la robe kabyle, qui se tiendra du 30 et 31 juillet, à l'école primaire du village.

Bouandès (Village kabyle de Sétif) : « Ma mère s’est vue rejeter sa demande de logement parce qu’elle est chrétienne »

SOCIÉTÉ (Tamurt) - Une femme, originaire de la daïra de Bouandès (région kabylophone de Sétif) s’est vue rejeter sa demande de logement social par la commission de daïra à cause de sa chrétienté.

Bouandès (Village kabyle de Sétif) : "Ma mère s’est vue rejeter sa demande de logement parce qu'elle est chrétienne"

SOCIÉTÉ (Tamurt) - Une femme, originaire de la daïra de Bouandès (région kabylophone de Sétif) s’est vue rejeter sa demande de logement social par la commission de daïra à cause de sa chrétienté.

Conférences sur la langue kabyle à l’Université d’été du MAK, une langue a besoin d’être parlée et écrite

KABYLIE (Tamurt) - Kamel Bouamara, qui est l'auteur du dictionnaire kabyle-kabyle "Issin", n’a pas mâché ses mots pour mettre aux banc des accusés ceux qui prétendent que la langue kabyle n’est pas apte à répondre aux besoins de l’homme en matière de communication. "Ce sont eux qui n’arrivent pas à être au diapason de l’exigence de la langue kabyle !", déclare avec véhémence le Dr Bouamara. Le conférencier est allé même jusqu’à "psychanalyser" ces hommes et ces femmes qui préfèrent faire recours à la langue française dans leurs discussions quotidiennes. Idem concernant les parents qui parlent à leurs enfants dans une langue étrangère, le français surtout, à la place de la langue maternelle (le kabyle). Selon le docteur Bouamara, de tels parents souffrent de graves symptômes psychologiques. "Même une maman enseignant la langue arabe, cite comme exemple le conférencier, parle à son bébé en français".

Conférences sur la langue kabyle à l'Université d'été du MAK, une langue a besoin d’être parlée et écrite

KABYLIE (Tamurt) - Kamel Bouamara, qui est l'auteur du dictionnaire kabyle-kabyle "Issin", n’a pas mâché ses mots pour mettre aux banc des accusés ceux qui prétendent que la langue kabyle n’est pas apte à répondre aux besoins de l’homme en matière de communication. "Ce sont eux qui n’arrivent pas à être au diapason de l’exigence de la langue kabyle !", déclare avec véhémence le Dr Bouamara. Le conférencier est allé même jusqu’à "psychanalyser" ces hommes et ces femmes qui préfèrent faire recours à la langue française dans leurs discussions quotidiennes. Idem concernant les parents qui parlent à leurs enfants dans une langue étrangère, le français surtout, à la place de la langue maternelle (le kabyle). Selon le docteur Bouamara, de tels parents souffrent de graves symptômes psychologiques. "Même une maman enseignant la langue arabe, cite comme exemple le conférencier, parle à son bébé en français".

La fête du bijou kabyle à Ath Yanni, édition 2010 : L’héritage d’une culture part en lambeaux

CULTURE (Tamurt) - Un bien triste constat que celui de cette édition de la fête du bijou kabyle, qui s'est tenue du 16 au 24 Juillet.

Plusieurs victimes parmi les gendarmes et les civils : Attentat à la voiture piegée à Ath Aissi

TIZI WEZZU (Tamurt) - La voiture bourrée d’explosifs a foncé tout droit sur l’enceinte de la gendarmerie et comme celle-ci se trouvait mitoyenne du bâtiment abritant les services de l’APC, les deux blocs furent presque entièrement détruits.

Les Participants au séminaire du CMA interpelés par la police

Le séminaire sur les Droits de l’Homme, programmé par le Congrès Mondial Amazigh (CMA) pour ce matin à Tizi-Ouzou a été empêché par la police. Organisateurs, participants et invités ont fait l’objet d’une interpellation. Selon l’un des organisateurs, environ une trentaine de personnes ont été embarquées au commissariat central.

Un Colonel de l’ANP reconnait que l’ordre de brûler vient « d’en-haut »: L’Armée algérienne met le feu aux forêts de la Kabylie

IGHIL ALI (Tamurt) - Il y a une semaine de cela, un petit groupe de militaires algériens a été surpris par les villageois de Tabounent dans la commune d’Ighil-Ali sur le point de déclencher un feu à la forêt se situant près de leur village. Devant la ferme opposition de ces braves et vaillants citoyens à la perpétration du crime, les militaires incendiaires sont retournés à leur casernement.

Un Colonel de l'ANP reconnait que l’ordre de brûler vient "d’en-haut": L’Armée algérienne met le feu aux forêts de la Kabylie

IGHIL ALI (Tamurt) - Il y a une semaine de cela, un petit groupe de militaires algériens a été surpris par les villageois de Tabounent dans la commune d’Ighil-Ali sur le point de déclencher un feu à la forêt se situant près de leur village. Devant la ferme opposition de ces braves et vaillants citoyens à la perpétration du crime, les militaires incendiaires sont retournés à leur casernement.
- Advertisment -

Most Read