Accusés de terrorisme: Mira Moknache, Arezki Hidja et huit co-accusés acquittés

0
1333
Mira Moknache et Arezki Hidja avec leur avocat Sofiane Ouali
Mira Moknache et Arezki Hidja avec leur avocat Sofiane Ouali

ALGER (TAMURT) – Le tribunal criminel de deuxième instance près la cour d’Alger a prononcé, mardi 04 juin, l’acquittement en faveur de plusieurs militants kabyles, dont Mira Moknache et Arezki Hidja. Ils étaient poursuivis pour « terrorisme » sur fond d’appartenance au Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie. Quatre autres militants poursuivis dans le même dossier ont été condamnés à 2 ans de prison ferme, alors que le parquet a réclamé en appel 10 ans ferme.

Victimes de harcèlement judiciaire visant à les faire taire et à les avoir en usure, plusieurs militants kabyles ont été finalement acquittés. Il s’agit de l’universitaire Mira Moknache, Arezki Hidja, Nadir Chelbabi, Mohamed Larbi Yahioune, Riad Benajoud, Rabah Benajoud, Smail Chabane, Abderazek Benajoud, Djaffer Djaout et Laid Karouche. Pour leur part, Benzerara Hamza, Boukhari Nacer, Mourad Miche et Didi Djamel, ont été condamnés à deux ans de prison ferme. Une peine qu’ils ont déjà purgé en détention préventive. Tous ces militants ont été faussement accusés de terrorisme sur fond d’appartenance Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie, arbitrairement classé ‘’organisation terroriste‘’ par le régime colonial algérien. Lors du procès en première instance, le parquet avait requis 15 ans de réclusion criminelle, 500 000 DZD d’amende et la privation des droits civiques.

Par ailleurs, poursuivies dans le même dossier, les militantes Souraya Sough et Menissa Kessi ont été condamnées en première instance par contumace à 10 ans de réclusion criminelle.

Ce procès politique s’inscrivait dans le cadre de la répression juridico-policière menée par le régime criminel et colonial algérien contre le peuple kabyle. Des dossiers vides sont montés de toutes pièces par les services secrets algériens contre de braves et pacifiques militants kabyles qui, néanmoins, résistent dignement à cette répression.

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici