Ait Ourtilane : Le militant kabyle Nabil Boussekine quitte la prison après avoir purgé sa peine

1
1613
Les marques de la torture subie par Nabil Boussekine
Les marques de la torture subie par Nabil Boussekine

SETIF (TAMURT) – Le militant indépendantiste Nabil Boussekine a retrouvé, lundi 04 septembre, sa liberté après avoir purgé une peine de six mois de prison. Originaire de la région kabylophone d’Ait Ourtilane, rattachée administrativement à Sétif, ce militant avait subi la torture de la part des services de sécurité algériens pendant sa garde à vue dans un commissariat algérois.

Arrêté à Alger, le 26 mars 2021, le jeune étudiant kabyle Nabil Boussekine avait subi de graves actes de violence physique à l’intérieur du commissariat algérois, où il a été conduit. Sur des photos publiées alors sur les réseaux sociaux, l’on pouvait constater facilement des traces de violence sur différentes parties de son corps, ce qui témoignait de la sauvagerie policière que le jeune Nabil avait subie après son arrestation. Il est sorti du commissariat avec un visage marqué de contusions, ainsi qu’au niveau de son dos. Cette violence renseigne sur la haine qu’entretient et nourrit le régime militaro-policier algérien envers les militants pacifiques kabyles. Victime de fausses accusations à caractère criminel, Nabil Boussekine a été placé sous contrôle judiciaire en février 2022.

Pour rappel, ce militant a été condamné, en avril 2023, à 06 mois de prison ferme. Lors de sa première audition, il a raconté en détails au juge d’instruction les sévices auxquels il avait été soumis, à savoir les coups subis sur tout son corps et la tentative de son étranglement avec un fil. Le médecin lui a même prescrit 21 jours d’incapacité de travail. Toutefois, la justice algérienne aux ordres de la junte militaire n’a pas pris en considération ces révélations qui font froid dans le dos. C’était le cas aussi de Walid Nekkiche, un autre kabyle, qui a fait l’objet de sévices sexuels à l’intérieur des locaux des services de sécurité algériens. Il n’est un secret pour personne que la pratique de la maltraitance policière et de la torture est une réalité inscrite dans les gènes de la junte militaire algérienne aux abois.

Lyes B.

1 COMMENTAIRE

  1. Les indépendantistes KABYLES sont en prison par conviction politique et surtout par amour a leurs KABYLIE qui se meurt a petit feux.

    Ceux qui trouvent des raisons farfelux par lâcheté a défaut d’agir.Envoi les responsables politiques Kabyles a la potence ( vindicte populaire pour mieux être aimée par leurs maîtres du moment ! …

    Un militant c’est une personne majeur et responsable avant tout .
    PS : c’est facile de faire des critiques cloué au fond de son canapé un thé à la menthe à la main .

    Aluh aluh a mimi !.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici