Répression anti-kabyle : Détenue depuis deux ans dans une prison algérienne, Kamira Nait Sid en grève de la faim

3
2126
Kamira Nait Sid
Kamira Nait Sid

ALGER (TAMURT) – La prisonnière politique kabyle Kamira Nait Sid est à son sixième jour de grève de la faim. Incarcérée à la prison algérienne de Koléa (Tipaza), elle dénonce à travers cette action de protestation une détention arbitraire qui dure depuis août 2021. La grève de la faim est le dernier recours de la coprésidente de l’ONG Congrès Mondial Amazigh (CMA) face à l’injustice qu’elle subit de la part du régime algérien.

Pour protester contre son incarcération arbitraire, la détenue d’opinion et militante kabyle Kamira Nait Sid a décidé d’entamer une grève de la faim illimitée. Elle est à son sixième jour de son action de protestation pour réclamer sa libération. Ses avocats ont déjà qualifié les procès intentés contre elle de « mascarades », de « procès politiques » avec « des délits fantômes. » En effet, ils estiment « que les procédures de justice n’ont pas été respectées, que le dossier de l’accusation est vide de preuves et que les droits de la défense ont été violées. » Pour rappel, Kamira Nait Sid a été kidnappée le 24 août 2021 près de son domicile à Draa-Ben-Khedda en Kabylie, par les services de sécurité algériens. Ceux-ci l’ont discrètement transférée à Alger et, le 1er septembre 2021, elle a été présentée devant le juge instructeur du tribunal d’Alger, lequel avait ordonné sa mise en détention provisoire.

Faussement accusée de terrorisme, d’atteinte à l’unité nationale et autres accusations farfelues, elle a été condamnée le 5 décembre 2022 par le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) à cinq ans de prison ferme et 100.000 Dinars d’amende. Le 1er mars 2023, elle a comparu dans une autre affaire pour laquelle le même tribunal l’a condamnée à 2 ans de prison.

Lors des procès en appel qui ont eu lieu les 4 et 9 juillet 2023, la peine de Kamira Nait Sid a été réduite à 3 ans d’emprisonnement, a indiqué le CMA, une ONG de défense des intérêts des peuples amazighs. Bien que le Groupe de Travail de l’ONU sur la détention arbitraire ait déclaré, le 1er avril 2022, que la détention de Kamira Nait Sid était arbitraire, tout en estimant qu’elle est une défenseure des droits de son peuple et qu’elle agit dans le respect du droit algérien et international, le régime algérien refuse de la libérer.

Lyes B.

3 Commentaires

  1. Kamira véhicule l’image d’une femme kabyle libre et émancipée fière de ses vraies racines, et elle est la victime d’une mascarade, d’une parodie de justice, elle subit la plus grande des injustices, la détention arbitraire avec un procès expéditif où tous les droits de l’accusée ont été bafoués, comme beaucoup d’autres kabyles. À travers Kamira c’est toutes les femmes kabyles en robe traditionnelle kabyles, de locution kabyle et de culture kabyles qui sont visées. Le régime arabo-islamiste en place depuis 1962 qui a confisqué le pouvoir, qui a fait le hold-up de l’Algérie tout entière, et dont je précise qu’il est totalement illégitime parce que ses représentants ne sont pas les signataires des accords d’Évian mais des imposteurs qui se sont substitués à eux, a toujours œuvré à effacer la mémoire du peuple kabyle, à falcifier son histoire, à mentir ses origines, à éradiquer sa langue et sa culture. Désormais pour les Kabyles le temps est compté.

  2. Où est la convention européenne des droits l’homme pourtant ce régime bouffeur des droits l’homme est lier par des accords d’association avec les UE?

  3. La trouille qui habite le gouvernement terroriste d’Alger ,le pousse a terrorisé les citoyens KABYLES faute de dialogues et de savoir faire politique.
    La violence est l’arme des faibles . La kabylie vaincra ce n’est qu’une question de temps.

    KABYLIE kabyle et indépendante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici