Condamné en première instance à 15 ans de prison: Le procès en appel de l’indépendantiste Younes Bounadi programmé le 16 mai

0
1228
Younes Bounadi
Younes Bounadi

TUVIRETT (TAMURT) – Le 23 mars dernier, le détenu d’opinion kabyle Younes Bounadi a été condamné par la justice algérienne à 15 ans de prison ferme. Il a été poursuivi sur la base de l’article controversé 87 bis du code pénal algérien, promulgué par la junte militaire spécifiquement pour incriminer l’acte politique. Le parquet avait requis contre lui la perpétuité. Son procès en appel est programmé pour le 16 mai prochain devant la chambre criminelle de deuxième instance près la cour de Tuvirett (Bouira).

Younes Bounadi est l’un des militants indépendantistes kabyles qui subissent l’acharnement judiciaire du régime algérien à cause de ses convictions politiques et son militantisme en faveur de la Kabylie. Arrêté dans la nuit du 22 au 23 juin 2021, aux environs de minuit, à M’chedellah, dans le département kabyle de Tuvirett, il a été placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie algérienne. Le 28 du même mois, il a été présenté devant le juge d’instruction du tribunal de Tuvirett, lequel avait ordonné son placement sous mandat de dépôt.

Son procès s’est ouvert, en mars dernier, après presque deux ans de détention préventive. Il a été condamné en première instance à 15 ans de réclusion criminelle, alors qu’il souffre d’une maladie, qui lui enlève toute responsabilité pénale selon la loi en vigueur. En effet, selon son avocat Me Sofiane Ouali, exerçant au barreau de Vgayet, Younes Bounadi est atteint de la maladie dite bipolaire. « Le jeune Bounadi Younes est victime d’une maladie chronique qui s’appelle bipolaire. Cette maladie, dans tous les pays, enlève la responsabilité pénale sur l’accusé », a affirmé Me Sofiane Ouali, tout en précisant que même la loi algérienne stipule la même chose, notamment dans l’article 47 du code pénal. Sauf que, le législateur algérien a l’habitude de bafouer les lois qu’il a promulguées lui-même.

Originaire de Raffour, dans le département kabyle de Tuvirett, Younes Bounadi a été faussement accusé de terrorisme sur la base de l’article 87 bis du code pénal algérien. Cet arsenal juridique a été mis en place par la junte militaire pour incriminer tout acte politique. Il vise particulièrement les militants indépendantistes kabyles, qui réclament le droit à l’autodétermination pour le peuple kabyle.

Lyes B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici