Des Kabyles d’Alger rallient la cause indépendantiste

7
2790
Les Kabyles d'Alger
Les Kabyles d'Alger

ALGER (TAMURT) – Si par le passé une grande partie des Kabyles algérois rejetaient le projet de la libération de la Kabylie, ces dernières années, leur tendance politique a changé de manière remarquable. Ils sont nombreux, ces derniers temps, les Kabyles d’Alger à rallier la cause indépendantiste kabyle, leur pays d’origine ou celui de leurs parents. « On n’est pas des Algériens et il faut se rendre à l’évidence. Les Algériens ne veulent pas de nous. J’ai bien compris maintenant que les premiers séparatistes ne sont pas les Kabyles, mais les décideurs qui font tout depuis 1962 pour mettre de côté les Kabyles », nous confie Nassim, un jeune étudiant del Kouba. Il n’est pas le seul s’en rendre compte.

Sur les réseaux sociaux, des jeunes Kabyles d’Alger prennent publiquement position pour l’indépendance de la Kabylie. « On doit s’organiser à Alger pour être du côté de nos frères Kabyles. On doit libérer notre Kabylie et n’importe quel Kabyle à travers le monde peut participer à cette lutte qui sera certainement longue », écrit sur son mur un Kabyle d’Alger.

Le mouvement du Hirak a donné à réfléchir à certains Kabyles inconséquents et surtout aux Algérois. Les vagues de haines et de racisme des activistes islamistes contre la Kabylie a démontré la face cachée de la plupart des Algériens. « Lorsqu’on voit des parents d’élèves interdire à leurs enfants d’apprendre la langue tamazight alors que nous nous subissons les affres de l’arabisation depuis 1830, y a de quoi rallier le combat pour la libération de la Kabylie », laisse entendre un instituteur kabyle d’Alger. Notons que les Kabyles installés dans des régions arabophones souffrent du racisme des arabophones. Ils sont nombreux d’ailleurs les Kabyles à rentrer en Kabylie, ces dernières années, à cause du racisme insupportable des Algériens.

Idir Yatafen

7 Commentaires

  1. C’est la le fruit d’une politique claire: l’assimilation par institutions interposées.
    C’est d’abord le criminel boumediene qui avait  » juré de rompre la continuité culturelle kabyle « !
    Le reste est juste un effet secondaire. Si l’ État est arabe et l’islam est sa longue main pour punir et induire vers cette arabisation. L’islam n’est absolument pas neutre, bien au contraire.
    À la base c’est le coût de la modernité que tous les peuples qui progressent doivent payer. Notre kabylie avait les lacunes d’analyse stratégique liées au manque d’ État et d’ institution, donc notre génération est appelée à faire les deux.
    L’indépendance est avant tout un aboutissement qui obéit à un procédé bien clair. Or on a des mouvements qui s’y réclament mais sans aucune légitime représentation.

    • Ah bon les Kabyles t’ont délégué pour faire un consultation générale de leur opinion qui t’a permi de dire que les indépendantistes n’ont pas de légétime représentation et tu nous propose les aarch qui ont vendu la Kabylie en 2001. Tu n’as pas honte de débiter ces conneries ?

      • @Yiwen, Quand est-ce qu’on aurait voté une délégation à une quelconque organisation ? Le mouvement citoyen avait fait discuter toutes ses thèses puis les membres de chaque village avaient voté les résolutions ! Ne me dites surtout pas que c’est la dictature, même dans l’immigration vos organisations kabyles ont des cheffes et pas d’élus. Vous procédez par fait accompli, autant que le régime. C’est toi qui devrais avoir honte !

  2. Les Kabyles d’Alger ont conjugué valeurs ancestrales dans la sociologie urbaine. Nous disons oui à une Algérie Amazigh dès les valeurs constitutionnelles. Contrairement à ce que l’on voit, la Kabylité, coeur de l’Amazighité, est au plus utilisé comme agrément de l’arabislamisme.
    Si depuis le moyen-âge l’Algérie vit dans sa propre négation, au nom de l’islam. La décennie noire, même si elle a été un choc, elle n’a par contre, pas induit les « arabisés par l’islam « à se rapprocher des valeurs ancestrales faites de laïcité, humanité.
    Il serait bête de persister dans cette unité qui repose sur la compression de ceux qui avaient raison, pour que puisse exister une unité fictive.
    « Nous liquider « avec la fête de Yennayer 1/an, puis arabiser à l’école et dans les administrations, est simplement une duperie !
    Ceci dit, je serai toujours amical avec les peuples arabes, mais je le serai à partir de mes valeurs. Du reste, les meilleurs amis des monarchies du golfe ne sont ni musulmans ni arabes, mais sont aux USA ou en Chine, là où ils trouvent leurs propres intérêts.
    Morale, l’État pour nous doit impérativement être laïc, l’islam doit être du ressort des individus. Si pour coopérer avec les pays arabes, nous devrions nous arabiser, cela est indicatif de l’apport mineur de notre part.
    C’est là l’erreur culturelle, avant d’être politique, des mouvements Kabyles qui jouent, eux aussi, les valeurs politiques et socio-culturelles, contre des intérêts partisans. Cette volonté de faire l’économie des processus et des valeurs risque la compromission de cette « indépendance » comme perspective.
    L’identité ne peut être une monnaie d’échange. Cette politique est dans la continuité de la « oumma » comme substrat cultuel et culturel qui veut encore vivre dans la sphère arabislamique, c’est ce qui unit les deux régimes algérien et marocain.
    Cet arabislamisme n’est pas promoteur de la paix, ni le royaume du Maroc, ni l’Algérie arabe, ne pourront produire de prospérité, sauf pour leurs castes respectives. Devant l’échec de leurs folies, ils nous prospectent la guerre, pour servir leurs référents. Les mouvements politiques qui soutiennent ou ne prennent pas position contre cette perspective ne sont pas dignes d’être des meneurs des deux peuples, en effet les islamistes et « berbéristes/kabyles » se rangent du coté marocain, en clients, comme d’autres « Amazighs de circonstance » et islamistes pro-Baath FLN se rangent de la part du régime algérien. Dans ces deux cas de figures, on a pas d’hommes leaders mais des fantoches qui cherchent de vivre en clients de l’arabisme dans deux différentes versions.
    Morale, nous n’avons pas de leaders, mais des hommes au pouvoir et des hommes en quête de pouvoir. Leader c’est tout autre chose. L’indépendance ce n’est pas un slogan mais une pratique culturelle et politique.

    C’est la raison pour laquelle toute alliance avec les puissances extérieures, avant d’avoir unifié l’Afrique du nord Amazigh, est un sacrifice inutile, voire contreproductif.

  3. Azul
    Je suis Algérois, de mère Née à Alger en 1930, j’ai toujours soutenu le projet indépendantistes.
    En dépit du temps, les Kabyles d’Alger sont plus fiers et dignes que beaucoup de Kabyles résidants en Kabylie, qui parfois ont vendu leur mère.

  4. ça n’existe pas les kabyles d’alger, alger est un prolongement de la kabylie, c’est un territoire kabyle comme boumerdes, metidja est l’atlas blideen c’est une même géographie relief et humaine que la kabyle il faut arrêter de parler de kabyle d’alger, c’est vrai quand vous citer des régions arabophones, kabyles d’Oran de sidi belabes et autres.

  5. L’indépendance inflationnée @ Encore un pseudo qui sort d’un laboratoire !!!
    Tout ce que tu as dit sur l’Afrique du Nord Amazigh est vrai mais tu confonds leader des peuples Amazighs et leader du peuple Kabyle. Reconquérir l’Afrique du nord Amazigh est le souhait de tous les Imazighens qui déjà bien éparpillés dans le même pays et dans d’autres pays avec des pouvoirs coloniaux respectifs qui logiquement s’ils veulent se libérer doivent d’abord lutter contre le pouvoir de leur pays qui les opprime …Ta solution d’unifier les luttes des Amazighs revient de l’impossible sachant que certains ne luttent mm pas dont un bon nombre déjà bien arabisés et islamisés  » Tu es juste entrain de noyer le poisson dans l’eau  » … La meilleure stratégie pour éventuellement rendre l’Afrique du nord Amazigh est de commencer par libérer la Kabylie qui certainement en état indépendant donnera l’exemple à suivre et pourquoi pas inverser l’histoire cad revenir à 1857 et par la suite au 7 ème ou au – 3ème av jc. D’autre part jusqu’à preuve du contraire il n’ y a pas de leader des Kabyles qui pour que ça soit le cas il faut qu’il y est un vote or si tu parles du leader du MAK Mass Ferhat M. auquel tu voues apparemment une haine que tu as du mal à cachée comme son non l’indique il est juste leader d’un des mouvements d’indépendance de la Kabylie le MAK pour lequel il est élu qui dans la situation actuelle est mieux placé pour faire avancer la cause de bcp de Kabyles qui veulent que la Kabylie soit indépendante …Soit tu confonds et mélange tout par ignorance de la chose politique avec sa géostratégie, sa géopolitique etc…soit tu verses dans la diversion, dans les deux cas la stratégie est nulle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici